Accueil > Actu > Presse, télé et Web > Le ski hors-piste, une pratique autorisée mais dangereuse

Le ski hors-piste, une pratique autorisée mais dangereuse - Presse, télé et Web

 
+39
51 votes

Le ski hors-piste, une pratique autorisée mais dangereuse

Proposé par NordOuest le 11.03.2013, publié le 11.03.2013 :: www.lefigaro.fr :: 1285 clics :: 31 commentaires :: Presse, télé et Web

FOCUS - Alors que 10 personnes ont trouvé la mort en montagne
en l'espace d'une semaine, Le Figaro fait le point sur les règles à respecter dans la pratique du ski hors-piste. »

Commentaires

» Par Pierrot, le 11.03.2013

Article très bien fait avec en prime un lien pointant sur skitour

» Par Jeroen, le 11.03.2013

ouais, puis la photo qui l'illustre elle est top aussi...
En préliminaire il aurait fallu faire un article sur les différentes pratiques du hors piste, pour que les lecteurs du figaro (mon dieu, si on devait interdire un truc, c'est bien ce journal) apprennent que non, le «hors piste» c'est pas uniquement la pratique de surfeurs echevelés et bariolés en station.

» Par Blogrock34, le 11.03.2013

L'article me parait quand même assez bien documenté et bien plus ouvert et bien moins censeur sur la pratique que d'autres... c'est pas pire : pour une fois, il ne propose pas d'interdire et met en avant que tous les professionnels de la montagne sont contre une interdiction.

» Par tib oula, le 11.03.2013

Salut, je viend de lire l'article du figaro, et je découvre ce magnifique site!

J'ai trouvé ce super hors-piste dans votre base de donnée:
http://www.skitour.fr/sorties/tardevant,47838.html#sortie


Par contre, j'ai pas trop compris, c'est quelle remontée pour y accéder? J'espère que c'est avec une benne, parce que j'ai toujours froid sur les télésièges! lol !

» Par daz, le 11.03.2013

tib oula, monte à peaux tu verras ca réchauffe.

» Par tib oula, le 11.03.2013

Ca veut dire quoi monte à peaux?

» Par Engage_Guignol, le 11.03.2013

Pour débuter les connaissances en ski de randonnée :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ski_de_randonn%C3%A9e

Monter à peaux, c'est monter à la seule force humaine, sans utiliser les remontées mécaniques.

Cet article mériterait un peu plus de détails sur les différents ski hors pistes. Les deux pages de commentaires sont parfois affligeantes.

Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est ...

» Par Bin, le 11.03.2013

Autant l'article est pas si mal, mais alors les réactions en dessous sont affligeantes!!

Et j'imagine que la plupart ont applaudi les reportages sur les championnat du monde de ski alpinisme à Pelvoux et l'arrivée du Vendée Globe, sans se dire que c'est des sports à risque et que non ces gens n'ont pas toujours été des pro...

Pourtant l'interview du commandant du PGHM de Grenoble est quand même plutot clair!!!

» Par Pou, le 11.03.2013

Je reviens d'un we à Tignes où j'ai randonné (pas encore rentré les randos). J'ai été consterné des risques pris en hors pistes. Des endroits déjà tendus en risque limité ou au printemps étaient tout tracé dès le samedi midi : pente du lavachet (juste à côté du bois de Laye où deux personnes sont mortes la semaine passée), grande balme toute tracé dans du bon 40°, couloir des tufs, couloir du chardonnet !!!!! J'ai même vu les traces d'un débile qui est passé derrière le chardonnet pour récupérer le sommet. Pour avoir fait ça une fois, je sais que c'est ultra exposé.
Je croise des rigolos dans le couloir des lacs. J'ai quand même fini par leur dire que c'était pas une grande idée de passer sur la droite vu que c'est glace et caillasse d'habitude. Il devait y avoir au moins 10 cm de neige mais ils y allaient gaiement... Quand à leur demander de passer un par un, faut même pas y penser.
Inconscience de dingue. Quand on monte, on voit bien le manteau, a part en Est, c'était plaqué partout...
Alors, on va dire qu'il y a eu aucun accident mais franchement, ça tient un peu du miracle.

» Par Pou(ah), le 11.03.2013

@Pou :"J'ai même vu les traces d'un débile qui est passé derrière le chardonnet pour récupérer le sommet. Pour avoir fait ça une fois, je sais que c'est ultra exposé." .....tu as donc été "débile" toi aussi à une époque .....

» Par Baltringue, le 11.03.2013

@Pou : on est tous l'inconscient de quelqu'un d'autre. Et pas besoin d'aller à Tignes pour voir des couloirs à 40 ° tracés par risque 4...

» Par deusax, le 11.03.2013

Un débat qui ne va nul part à mon avis:
-d'un côté, le français moyen (rien de péjoratif dans ce "moyen") qui ne connait la montagne que une semaine par an pendant les vacances d'hiver et par le journal de TF1/France2/M6
-de l'autre les pratiquants et professionnels de la montagne qui savent un minimum de quoi ils causent (et à une écrasante majorité contre un semblant d'interdiction)

PS: comme Pierrot et Blogrock34, même si cet article est loin d'être parfait, je trouve qu'il a le mérite de ne pas dériver vers le sensass' censeur à brandir le spectre de l'interdiction...

» Par jls05, le 11.03.2013

Petit rectificatif de chiffre : seuls 8% des français ont la chance de fréquenter la montage hivernale, ce qui me parait nettement au-dessous du "français moyen".

Skitouriens, avez-vous remarqué que nous sommes des privilégiés???

» Par J-MA, le 11.03.2013

Ouh là là les commentaires des lecteurs du Figaro...(Où va se nicher la connerie mes amis!!!). Faudrait d'abord arrêter cet amalgame à longueur d'articles entre les pratiques du ski hors pistes depuis les remontées mécaniques et celles du ski de randonnée. Ca gonfle et ça provoque des débats débiles entre personnes qui ne parlent pas du tout de la même approche de la montagne. Avant de faire des articles (un peu) documentés certes mais (surtout) racoleurs , il faudrait peut - être d'abord faire un peu de pédagogie envers le public. Il comprendrait peut - être mieux ce qu'on peut rechercher en partant randonner à ski.

» Par amiskieur, le 11.03.2013

Le titre de l’article est très bien fait .
Hors-piste autorisé mais pratique dangereuse .
Tout est dit .
A chacun de se rendre compte de ce qui est dangereux ou pas en ski de rando ou en hors-piste depuis une station .
Pour cela il faut se former et s’entrainer , sinon La pratique devrait s’auto réguler avec une la sélection naturelle .

» Par amiskieur, le 11.03.2013

JEOREN / Qu’est ce qui te dérange sur la photo ? strange ta réaction non ?

» Par NordOuest, le 11.03.2013

Le Figaro: pour une fois qu'il y' a un article censé dans la presse nationale (il ne peut pas non plus le mettre en première page!), je trouve le contenu juste et adapté sans imperfection.
Ce journal aura au moins eu le mérite d'interroger un responsable du PGHM sur la conduite en hors pistes et d'en faire une colonne même succinte avec des renseignements utiles.
Evitons le HS.

» Par Pïerre*, le 11.03.2013

Au fait quand il y a une avalanche qui emporte des skieurs et que des secours doivent intervenir, est-il fondamental de faire la distinction entre un "freerider échevelé hors pisteur" et un "randonneur expérimenté quadragénaire calme et pondéré" ?
L'accidentologie ne montre pas il me semble que la 2e catégorie est plus épargnée que la première...

Et tout cas ce qu'on peut dire en faveur ou défaveur du hors-piste s'applique aussi à la randonnée et vice-versa.

Concernant l'article, il est sommaire, certes mais ne sombre pas dans le catastrophisme comme souvent, n'en déplaise aux allergiques du Figaro...

» Par sebspi, le 11.03.2013

bizarre de parler du ski de rando comme du "hors piste" non? Ski de rando, ski alpi, ... mais hors piste...

sinon le hors piste est-il vraiment plus à la mode maintenant que dans les années 80 ou 90 ou... Y'a 30 ans ValFréjus avait un slogan (que j'ai oublié...) basé sur les champs de poudreuse...

» Par J-MA, le 11.03.2013

Voilà : ce qui motive ma réaction , c'est que pour moi le ski de rando ce n'est pas du "hors piste". (Les pistes ne couvrent qu'une petite part de la surface des Alpes).

» Par Pïerre*, le 11.03.2013

Et qu'est qui différencie le hors-piste de la rando du point de vue de l'accidentologie, des risques à appréhender, des secours à mettre en oeuvre ?

» Par P-G, le 11.03.2013

Rien ne les différencie en effet.... si ce n'est que si on regarde les statistiques de l'ANENA pour cette saison ( http://www.anena.org/5463-bilan-des-accidents-d-avalanche-2012-2013.htm ) et jusqu'à aujourd'hui, sur les 21 décès dus aux avalanches on compte 2 randonneurs, 7 alpinistes, 1 autre(?) et surtout 11 pratiquants du hors piste au départ des remontées! Alors bien sûr ce n'est peut-être pas tous les ans le cas, mais on peut quand même penser qu'on est un peu plus sensibilisé aux risques quand on remonte la pente qu'on va descendre.

» Par Nicoo74, le 11.03.2013

le «hors piste» c'est pas uniquement la pratique de surfeurs echevelés et bariolés en station.

Je comprend pas trop (ou j'ai peur de comprendre..).
Un surfeur echevelé et bariolé ne connait forcément rien à la montagne c'est ça? Mais un skieur echevelé (ou non) et bariolé oui?

» Par Pïerre*, le 11.03.2013

@P-G: effectivement habituellement les avalanches causent grosso-modo autant de victimes chez les randonneurs que chez les skieurs hors-piste, ce qui est le cas en Suisse par exemple cette saison avec 10 victimes en randonnée sur un total de 14.
Donc rien de trop étonnant à ce que la presse généraliste ne fasse pas le distingo. Le terme "hors domaine sécurisé" serait plus adapté évidemment.

» Par Jeroen, le 11.03.2013

Je comprend pas trop (ou j'ai peur de comprendre..).
Un surfeur echevelé et bariolé ne connait forcément rien à la montagne c'est ça? Mais un skieur echevelé (ou non) et bariolé oui?

Non. Surfeur bariolé et échevelé, c'était rapport à la photo. Ce que je veux dire c'est que dans l'esprit du grand public, "avalanche" rime avec "hors-piste", "jeune écervelé", "irresponsable". C'est cette image qu'il faut casser. Une grande majorité des personnes qui pratiquent l'activité sont d'un âge avancé, et ont murement réfléchi leur pratique et limitent leur prise de risque.

» Par Thomas, le 11.03.2013

@P-G
Peut-être faudrait-il ramener ces chiffres par rapport au nombre de pratiquants non??? Pour 1 randonneur, combien de "hors pisteurs"? Pas étonnant que cette catégorie soit plus exposée aux accidents... A mon sens, les randonneurs (par rapport à leur nombre plus restreint) me semble donc plus victimes de la montagne.
Il faudrait aussi arrêter avec les clichés du genre les randonneurs connaissent la montagne, ceux qui font du hors-piste en station sont inconscients... J'ai souvent le sentiment que les randonneurs se gargarisent d'être les seuls vrais "connaisseurs" des risques...
Quid également du niveau technique de descente pouvant permettre de moins solliciter le manteau ou de se sortir de certaines situations critiques??? Il faut bien reconnaître que skier 5000m de D- par sortie fait plus progresser que skier entre 800 et 1500m... Il y a quand même beaucoup de randonneurs qui montent mieux qu'ils ne descendent (avec tout ce que ça implique à la descente en termes de temps passé dans la pente et de forces exercées sur la neige...)...
Enfin et je vais surement en faire hurler plus d’un mais un lendemain de chutes de neige, une pente ou un couloir de 30 à 45° skié tout l’hiver en station peut par moment me paraitre plus sûr qu’une combe en montagne qui n’a pas vu une spatule de tout l’hiver. Le « traçage » du manteau neigeux est, à mon sens, un facteur à prendre en compte dans la solidité de ce dernier (même si bien sûr il ne constitue pas une garantie). Comment expliquez-vous par exemple le nombre quasi nul d’accidents d’avalanches dans une « station » comme La Grave où il n’y a pourtant aucun déclenchement préventif ??? Je ne fais pas de randos les lendemains de chutes mais beaucoup de hors-piste en station, il suffit là aussi de se promener sur skitour pour constater qu’il y de sacrés belles pentes qui sont skiées dès le lendemain par les randonneurs. Soit ils ont une sacré paire de c******* soit une connaissance ultime de la montagne et de ses risques, c’est surement un peu un mélange des 2…

Je ne cherche pas à attaquer les randonneurs mais je laisse simplement mon ressenti en tant que « pratiquant » des 2 disciplines évoquées ici que j’estime complémentaire et non opposées.

Signé un snowboarder hors-piste l’hiver qui fait du ski de rando au printemps

» Par Pou, le 11.03.2013

Thomas, tu as tout dit.
+1

» Par P-G, le 12.03.2013

Loin de moi de prétendre accorder une quelconque supériorité d'une pratique sur une autre. Les randonneurs les plus puristes ont tous descendu un jour une pente non sécurisée en partant d'une remontée! En tous cas je ne parle absolument pas de la compétence des uns ou des autres mais plutôt des risques courus dans ces deux pratiques qui peuvent en effet être considérées comme complémentaires. Ce que je voulais souligner c'est qu'en règle générale on sort des pistes pour chercher des pentes assez fortes avec de la bonne neige, la moins skiée possible- et qu'on attaque par définition toujours cette pente du haut. En rando, on remonte la plupart du temps les pentes raides avant de les skier. Même si on effectue une traversée on a une notion du manteau neigeux avant de commencer à descendre et il est toujours temps de faire demi-tour. Le renoncement est beaucoup plus problématique en "hors-pistes" une fois la descente engagée. Alors bien entendu le risque 0 n'existe pas plus en rando on peut aussi se faire piéger à la montée et effectivement les contraintes sur le manteau sont importantes, il y a aussi la coulée qui vient de plus haut etc.... Cependant @Thomas compter sur son niveau technique (acquis lors d'interminables descentes en hors-piste) pour se sortir de situations critiques, quand ça "cisaille" sur 50m de large sur 40cm d'épaisseur à 10m au dessus......???

» Par Bertrand.Dm, le 12.03.2013

Je prends la discussion en cours.
@ Jeroen : Faut quand même préciser quoique peu nombreux, ont trouve aussi quelques bons "échevelé et bariolés" (je reprends tes termes) chez certains skieurs de randonnée. J'en ai déjà croisé des comme cela !

» Par Mic'hel, le 12.03.2013

"Les randonneurs les plus puristes ont tous descendu un jour une pente non sécurisée en partant d'une remontée!"

Pas moi.

» Par big louis, le 12.03.2013

peut être faudrait il parler de randonnée à ski (on part du bas avec les peaux) pour distinguer cette activité du ski hors piste (on prend le télésiège et on descend en prenant un itinéraire non damé)


VTT de montagne