Accueil > Actu > Autres activités > le VTT sous la menace d'une interdiction à deux pas de la 2eme ville de France

le VTT sous la menace d'une interdiction à deux pas de la 2eme ville de France - Autres activités

 
+15
33 votes

le VTT sous la menace d'une interdiction à deux pas de la 2eme ville de France

Proposé par Florent le 25.10.2011, publié le 26.10.2011 :: www.mountainbikers-foundation.com :: 890 vus :: 483 clics :: 26 commentaires :: Autres activités

Vous tenez à faire valoir le principe de Liberté individuelle de pratique du VTT, dans le respect de la Nature ?
Le VTT (mais ça pourrait être l'escalade, le ski), peuvent-il n'obéir qu'à une découverte de la nature exigeant aucune technicité ? C'est pourtant ce qui est écrit dans le projet de charte.

Ainsi sur les sentiers et voies existantes, sous motif d'une limite de pente, de technicité non définie à ce jour, tout peut être interdit dans le futur !

La comparaison avec le ski s’arrête là, car on demande juste à rouler sur les voies existantes (sentiers, pistes), le FreeRide sur éboulis étant quelque chose de bannit (cela concerne aussi la randonnée pédestre d'ailleurs).

Participez à l'enquête publique pour la création du Parc National des Calanques, cela est possible sans vous déplacer !

Si la charte ne change pas, la pratique du VTT est sous la menace d'une interdiction arbitraire qui n'a rien à voir avec la protection de la nature !

»

Commentaires

» Par Florent, le 26.10.2011

"Charte" a dit :
CIRCULATION DES VEHICULES NON MOTORISES :
IX. – Le Conseil d’Administration réglemente et, le
cas échéant, soumet à autorisation du Directeur de
l’Etablissement public, sur les sites et, le cas échéant,
pendant les périodes qu’il détermine, l'accès, la
circulation et le stationnement des cycles :
1° sur les pistes carrossables et sentiers existants, à
faible pente, qu’il identifie, afin de limiter, entre
autres, la vitesse et les freinages responsables de
l’érosion du sol et de l’élargissement des sentiers ;
2° de manière à ce que le cyclisme réponde aux
conditions de pratique douce ne nécessitant pas de
technicité particulière mais comme moyen de
déplacement et de découverte de la nature ;
3° de manière à ce que toute pratique extrême de
cyclisme et notamment le « Freeride » et le
« FreeStyle », soit interdite ;


Il est évident que les critères de "faible pente" et de "conditions de pratique douce ne nécessitant pas de technicité particulière" conduiront à une interdiction de la quasi-totalité des sentiers. Dès qu'il emprunte des sentiers quelque peu techniques, le VTT n'est plus considéré comme une "pratique douce" mais est assimilé à une "pratique extrême".

Il faut savoir que le GIP fait évoluer sa position sur le VTT de manière constante. Nos efforts payent. Il faut légitimement trouver un juste équilibre en pratique et protection de la nature

- pas de FreeRide, pas de hors sentiers
- respecter les interdictions motivées par la protection d'espèces animales ponctuelles
- respecter la priorité et des piétons et des chartes existantes.

Mais aussi

- refuser le délit de salle gueule dès qu'on pratique du VTT un peu technique sur sentiers existants : comme dans l'escalade, on peut avoir une pratique Technique ET contemplative, donc refuses ces critères de technicité, de pente, de vitesse

- refuser le critère de limitation de l'érosion : ça fait 10 ans que le GIP clame que le VTT est interdit dans les calanques, sans fondement. Comment peut-il déclarer que le VTT est responsable de l'élargissement des sentiers dans les calanques !!!

Les premières participations à l'enquête (certains d'entre nous se reconnaitront :

www.mountainbikers-foundation.com/app/download/5505041909/MBF_Guide_enquete_publique_calanques.pdf?t=1319216874

» Par flnc, le 26.10.2011

ehhhh ouiiii on interdit les loisirs motorisés ensuite le vtt puis le pieton puis ...... y a tjrs qlq un que ca derange monde d'egoiste pffffff ;) ;)

» Par Bianchi, le 26.10.2011

les loisirs motorisés
ça y est, voilà le quad et la moto merde qui pointent leur nez, pardon, leur pot d'échappement ....
Concernant le MTB, il souffre congénitalement de confusion entre de pratiques "respectueuses, éthiques" et le n'importe quoi style free ride, et hordes sauvages
Il faut donc trouver le moyen de préserver l'activité sous sa forme "douce" qui est parfaitement compatible avec la nature, tout en excluant les dérives injustifiables qui doivent être éradiquées

» Par Flnc, le 26.10.2011

Ahhhh bianchiiiii éradiquées tout hein le pied le monde juste pour vous qui êtes dans vot bon droit..... Les autres dehors les plus pollueurs ne sont pas tjrs ceux que l'on pensent.....prquoi tant de haine ;))) on interdit a tout va mais on ne résout rien hélas sauf que l'on réduit les espaces de libertés ......les vrais pollueurs et destructeurs de la nature rigolent bien de ces mesurettes qui erradiques des minorités...... Allez bonne croisades et bonne balades qd meme....

» Par Florent, le 26.10.2011

Sans parler des motos et quad qui ne font absolument pas partie de la problématique, ni même ni FreeRide qui est interdit d'office, la problématique pour le GIP est de savoir si les partisans d'un VTT respectueux sont nombreux, et quelles évolutions dans la présente charte il faut faire, sans que le moindre bout de cailloux ou piste en pente conduise à un interdit.

Pour le faire savoir, vous n'avez que l'enquête publique, et la remontée d'infos auprès de la MBF.

Exemple de lettres anonymisées

» Par Bianchi, le 27.10.2011

La problématique du GIP est de savoir si les pratiques sauvages, non respectueuses ... du VTT seront suffisamment marginalisées pour qu'une situation de quasi liberté de pratique VTT soit raisonnablement admissible dans un PN
Notre problématique est de savoir comment arriver à auto réguler notre pratique, et à convaincre le partenaire que c'est faisable sans devoir décréter des interdictions généralisées qui s'assimilent à une punition collective

Quand je vois pointer le bout du pot d'échappement des motoreux, je crains qu'on soit bien mal barré

Ce que je voudrai voir écrit dans la charte, ce n'est pas tant des notions très générales, donc vagues et ouvrant ensuite la porte à l'arbitraire, mais une liste précise et limitative des interdits VTT, - il en faudra nécessairement, ne soyons pas extrémiste - liste raisonnable, intelligente et laissant donc par ailleurs un espace de liberté suffisant pour notre passion.

C'est ce que je veux écrire à l’enquête publique

Quelqu'un pourrait il me dire comment faire pour répondre à l’enquête lorsqu'on n'habite pas à proximité ( lettre, à qui, à quelle adresse, sous quel formalisme ?? )

» Par Florent, le 27.10.2011

Cette liste limitative : elle est déjà écrite :

"Charte" a dit :
3° de manière à ce que toute pratique extrême de
cyclisme et notamment le « Freeride » et le
« FreeStyle », soit interdite



FreeRide FreeStyle qui sont bien identifiés et identifiables :
- FreeRide = rouler hors voies existantes
- FreeStyle = créer des bosses en pleine nature (dans le jargon du GIP)

Mais cela vient en double de
"Charte" a dit :
Sont interdits :
a) la circulation dans les éboulis calcaires de Provence, habitat naturel prioritaire, en dehors des sentiers balisés et des
sentiers d’accès aux voies d’escalade ;


Ce qui reste de l'ordre du général, vague dont ouvrant la porte à l'arbitraire :

"Charte" a dit :
Le Conseil d’Administration réglemente et, le
cas échéant, soumet à autorisation du Directeur de
l’Etablissement public, sur les sites et, le cas échéant,
pendant les périodes qu’il détermine, l'accès, la
circulation et le stationnement des cycles :
1° sur les pistes carrossables et sentiers existants, à
faible pente, qu’il identifie, afin de limiter, entre
autres, la vitesse et les freinages responsables de
l’érosion du sol et de l’élargissement des sentiers ;
2° de manière à ce que le cyclisme réponde aux
conditions de pratique douce ne nécessitant pas de
technicité particulière mais comme moyen de
déplacement et de découverte de la nature ;


Pente, vitesse, erosion des sols sont des notions non vérifiables, non définies à ce jour, voire discriminatoire pour la vitesse (à VTT dans les Calanques on va souvent moins vite qu'un jogger... mais la vitesse ne s'appliquerait que aux VTT).

"pratique douce ne nécessitant pas de
technicité particulière" : cela va à l'encontre même de la définition de sport doux par le GIP lui même : l'escalade par exemple ne réclame t-elle pas aucun niveau technique ?

Enfin ce nous voulons tous, c'est un principe de liberté, diminué par des interdictions ponctuelles (et justifiées), pour que justement il n'y ait pas de punition collective.
Ce principe est QUASI DEJA ECRIT DANS LA CHARTE :
puisque dans un de ses articles principaux il est écrit :
"Charte" a dit :
Article 16 Accès, circulation et stationnement des personnes, des animaux domestiques et des véhicules
non motorisés (MARCoeur 46)
Cette réglementation n’a pas pour objet de limiter l’accès du coeur aux circulations dites douces
(randonnée, natation, course à pied, vélocyclisme, escalade, plaisance, etc.) sauf lorsque ces pratiques, à
certains lieux ou certaines périodes, sont susceptibles de porter atteinte aux patrimoines, au caractère et à
déranger la faune.


Donc en résumé :

pour les raisons tangibles suivantes et toujours en concertation :
- pour des raisons de sécurité
- (risque incendie, battues de chasse…),
pour des raisons de surfréquentation imposant une régulation des flux ponctuelle
- (ponctuelle dans le temps et dans l’espace et de façon partagée avec l’ensemble des pratiques)
pour des raisons de protection de l’environnement et de la biodiversité
(éloigner l’ensemble des pratiques d’habitats et espèces fragiles de façon ponctuelle)
-
Ces aménagements de liberté d’aller et venir devront être :
-
Limités dans le temps,
-
Limités dans l’espace,
Concertés avec toutes les associations représentant les intérêts cyclistes,
- ) avec la consultation d’au moins deux acteurs pour assurer l’impartialité de la décision
Partagés avec les autres usages,
le VTT n’ayant pas un impact plus important qu’un autre type d’usage.

Tout ceci est mentionné dans Cet Avis de la MBF

comment participer ?
"Guide de participation de la MBF" a dit :
Pour tout ceux qui n’habitent pas à Marseille ou dans les Bouches du Rhône, mais aussi ceux qui n’ont pas le
temps, vous pouvez envoyer un courrier.
Guide MBF pour l’Enquête Publique
du Parc National des Calanques
Faites une photocopie de votre courrier qui doit impérativement être SIGNÉ et A ENTÊTE DE VOTRE
NOM, ET ADRESSE, comme tout courrier personnel. Aucun courrier anonyme n’est admis par les
commissaires enquêteurs (pour éviter le « bourrage » d’Enquête Publique tout simplement).
Envoyez ce courrier en lettre recommandée avec accusé de réception au Siège de l’Enquête publique à :
Direction de l’Aménagement Durable et de l’Urbanisme - Mairie de Marseille
Enquête Publique pour le Parc National des Calanques
40 rue Fauchier
13002 MARSEILLE
Conservez le talon d’accusé de réception de la Poste !
Une fois ce devoir citoyen réalisé, envoyez le maximum de documents à M.B.F. par mail à
missions@MountainBikers-Foundation.com, nous centraliserons par la suite toutes ces doléances et surtout
leur suivi.


Le Formalisme :
Exemple de lettres déjà envoyées

» Par cmanu, le 27.10.2011

quelqu'un peut-il m'expliquer pourquoi le vtt qui est interdit dans le parc des écrins pour préserver l'environnement ne serait plus "nuisible" dans les calanques?

» Par Florent, le 27.10.2011

Tu pose la bonne question...

Tu veux savoir... ?
Pour connaitre à fond le sujet
Rien à part "limiter l'érosion", et du fait que c'est un "véhicule non motorisé".
tu sais ce qui il ya AUSSI dans la liste des "véhicules non motorisés" ?
- Le ski
- les raquettes

Source WikiPedia, avec jurisprudence à la clef

Pour le VTT, c'est clairement son image qui est visée, c'est pour cela qu'il faut s'attacher à lui rendre sa VRAIE place.

90% des gens font de la rando pépère et pas de la DH en Station... C'est le même dégâts pour le Ski. Pour le grand public (SKI = ski de PISTE, rien d'autre).
Ainsi s'attacher à Ancrer le VTT comme un VRAI sport de Montagne, Cf VTTOUR), c'est un pas dans la bonne direction.

» Par Flnc, le 27.10.2011

Bientôt une réglementation sur les crampons des chaussures de trail hauteur Max a ne pas dépasses ehhhh oui érosion du a des crampons trop haut ...... Erradique...;)) ah oui en projet egalement la taille des virages en skis "trop agressif " sur la neige celle ci s'abimerais plus vite ......;) puis je pose mon pied ici ..oups merci

» Par brize08, le 27.10.2011

90% des gens font de la rando pépère et pas de la DH en Station... C'est le même dégâts pour le Ski. Pour le grand public (SKI = ski de PISTE, rien d'autre).

Je connais pas le monde du VTT mais pour le ski, c'est l'inverse: ski=ski de piste PARCE QUE 90% des pratiquants (au moins) font du ski en station.

» Par Florent, le 27.10.2011

Pour le VTT le résultat reste le même, ce que veux dire :

VTT = DH en Station, parce que à la télé, vidéos etc... on ne montre que ça....

Quand on sait POURQUOI les PN ont été crées (limiter l'extension des stations de ski)... on comprends pourquoi le VTT (emblématique de la pratique de station) a été très mal vu !
Le Ski lui existait AVANT les stations... c'est ce qui le sauve.

» Par Bianchi, le 27.10.2011

Quand on sait POURQUOI les PN ont été créés (limiter l'extension des stations de ski)... on comprends pourquoi le VTT (emblématique de la pratique de station) a été très mal vu !
C'est bien là l'origine du problème, qu'on ne peut nier
Le triste spectacle de certaines stations de ski qui se vendent en été au "freerailde" voir aux hordes motorisées justifie les réticences vis à vis du MTB non maitrisé
A l'origine, le VTT était libre dans le PN Mercantour, puis devant ( déjà il y a une vingtaine d'année .... ) les dégâts commis par certains, il est passé à une interdiction quasi totale ...

Enfin ce nous voulons tous, c'est un principe de liberté, diminué par des interdictions ponctuelles (et justifiées), pour que justement il n'y ait pas de punition collective.
Oui, c'est ce que raisonnablement il faudrait obtenir, et cela sous la forme - à mon avis - non de principes généraux potentiellement dangereux dans leur interprétation future, mais par le biais d'un plan précis ( et défini après discussion avec les pratiquants "éthiques" ) ,définissant les interdictions, qui devraient rester une relative exception, et fondées sur des éléments aussi objectifs que possible.
Ce plan pourrait être évolutif ( en + ou en - ), en fonction de la situation future des lieux, du comportement constaté, et toujours en coopération avec les associations représentatives ( MBF, etc )

» Par Florent, le 27.10.2011

Dans les calanques, on en est vraiment pas loin d'une belle concertation et d'un résultat équilibré. Ce parc péri-urbain affiche une volonté de tenir compte des pratiques existantes, des associations en places...

Pour le VTT, la pratique actuelle ne génère que très peu de problèmes !
c'est pas deux 2 spots de FreeStyle qui doivent condamner tous les pratiquants, et ça les décideurs politiques l'ont bien intégré, puisque la pratique du VTT est définitivement classé du coté "SPORTS DOUX". (à la différence du Mercantour d'il ya 20 ans).

Ce qui manque, c'est Que le GIP comprenne que l'on peut avoir à la fois une pratique TECHNIQUE et CONTEMPLATIVE
C'est pas aux skieurs de rando ici présents et dont je fais aussi partie que je vais apprendre ça...

En ce sens la MBF est déjà, avec ses interlocuteurs locaux dont je fais partie, incontournable.

Mais jusque là, pour le GIP, la MBF c'est 3 Gus qui gesticulent. L'enquête publique est là pour aussi prouver notre poids !
Bref Camarade, tout ceci pour espérer que ton prochain message sera ta participation à cette Enquête.
Toi, mais pas uniquement, tu dois forcément connaitre des VTTistes dans ton entourage, fais passer ton message !

» Par Etienne -H-, le 28.10.2011

Et le ski de rando dans les Calanques http://www.skitour.fr/sorties/mont-puget,15992.html, autorisé ou interdit? Qu'en pense le GIP?

» Par Baltringue, le 31.10.2011

je suis VTTiste et je comprends tout à fait qu'on interdise le VTT dans les calanques. Nier l'érosion dramatique dans les régions méditerranéene est de la mauvaise foi. En 5 ans une bonne dizaine de mes chemins préférés a disparu faute à l'érosion. Les VTT,motos commencent, les orages prennent le relais.

Faut arreter de vouloir le beurre ( une région sublime, preservée, aux paysages authentiques ) et l'argent du beurre ( vouloir y faire n'importe quoi, VTT, bivouacs, raccourcis, ... )

Si les calanques sont aussi belles c'est aussi parce qu'il y a des RESTRICTIONS qui limitent les nuisances.

» Par Bianchi, le 01.11.2011

J'ai maintes fois expliqué qu'à mon sens, nier les problèmes et la ( triste ) réalité est contre productif.
L'axiome MBF par lequel le MTB ( dieu sait si je l'ai pratiqué ... ) est totalement inoffensif est une contrevérité flagrante, surtout bien sûr quand il est pratiqué sans vergogne.
Par contre, comparer le Vélo et les motoreux me dérange.
Les comportements et les conséquences environnementales des vélos est bien sûr infiniment moins pire que celle des hordes sauvages motorisées ... que la loi prohibe de toute façon dans les espaces naturtels.
Même constat dans mon massif méridional à moi vis à vis des chemins non trafiqués par les motoreux (strictement interdits ), qui cependant se dégradent de façon dramatique : plusieurs sont devenus quasi impraticables à VTT, beaucoup s'élargissent, se creusent, se nivellent ( rupture des petites marches et cailloux, ce qui les rend plus agréables à rouler ) mais les expose plus aux dégâts de l'érosion ( orages violents ... ), et lorsque le sol est fragile, le phénomène est dramatique ( ravines importantes, 0.50 à plus d'un mètre de profondeur, ... un sentier retourne à l'état de fond de torrent ... )
Ceci étant, la fréquentation à vélo y est relativement faible, et je n'ai pas de réponse à la question : pourquoi ce qui restait dans un assez bon état avant, depuis des décennies, se détruit maintenant aussi vite et profondément ?
Le vélo ( ou le piéton ) ne peut tout expliquer
Absence d'entretien, abandon de la part de l'ONF , des communes, ???
Les préoccupations de protection de l'environnement n'en sont que plus indispensables

» Par Baltringue, le 01.11.2011

c'est une vraie question, cette érosion. Je pense qu'elle n'arrive pas d'un coup, mais pendant très longtemps, tout en s'aggravant, elle ne gêne pas notre pratique. Et puis ca devient VRAIMENT impraticable. Je pense que ca dépend aussi de la géologie. En tous cas en Ardèche c'est parfois grave.

» Par Bianchi, le 02.11.2011

sur un sol non artificiellement stabilisé, l'effet du ravinement suite à orages et débits d'eau importants qui coulent sur les pistes et sentiers, au lieu de s'évacuer dans la pente, est dévastateur, surtout lorsque le sol est fragile ( terrains sablo argileux, avec peu de cohésion, hétérogènes )
observe les nombreuses pistes forestières, DFCI, d'alpage qui ont été tracées ces dernières années.
Celles bien conçues, certes un petit peu plus chères, pas trop raides, avec un profil en travers conséquent qui évacue l'eau au plus vite soit vers l'aval, soit vers l'amont dans ce cas avec un fossé adéquat, qui doit avoir ses propres ouvrages d'évacuation, et doit être entretenu régulièrement, voire avec des petits caniveaux transversaux à 45° ( attention en VTT !! ), celles là résistent bien à l'épreuve du temps.
Lorsque aucune structure minimale de chaussée n'a été mise en œuvre, le trafic genre PL, 4x4, moto est vite mortel, il creuse des déflexions longitudinales, où l'eau chemine de façon préférentielle, arrivent les premiers orages, les débits se concentrent sur la piste au lieu d'être évacués, et là, lorsque le sol est fragile, se forment les vraies ravines.
Un très gros orage va ensuite tout creuser ou emporter.
Pareil pour les sentiers.
Les pluies ordinaires emportent les fines de surface, qui sont le "ciment" qui donne la cohésion au terrain.
Petit à petit, seuls subsistent les graviers et cailloux, le terrain est déstructuré, et devient encore plus vulnérable.
c'est "normal" que le passage répétés de VTT, qui en fait roulent tous à peu près sur la même ligne, soient l'amorce du phénomène de creusement sur sentier.
Le piéton pose le pied sur l'ensemble de la surface disponible.
Infiniment pire évidemment avec les motos et autres engins qui ont une puissance et une masse beaucoup plus importante.
J'ai remarqué par contre que les "petites ravines, les zones devenues caillouteuses par déstructuration " pouvaient se reconstituer dans le temps, des pluies faibles réapprovisionnent des fines qui se trouvent piégées dans les creux, et au bout d'un été, le sol peut reprendre une forme plus humaine, jusqu'au prochain orage.
Ceci étant, je pense que dans le temps, l'entretien des sentiers était assuré par ceux qui les empruntaient, et pour qui ils étaient un outil de travail, ou de survie.
Plus rien de ceci n'existe aujourd'hui.

» Par flnc, le 02.11.2011

bianchi votre haine des "horde sauvage de motoreux" traduit t'elle le fait que vs n'ayez jamais reussi a tenir sur un deux roues..??? ; )) ahhh ces pluies ordinaires ,le pieton qui met son pied sur l'ensemble de la surface disponible le sol avec une forme plus humaine .... eh oui ces vtt qui roulent expres au meme endroit pour deterioré le chemin debat inutile..... la preservation de nos espace libre passe par la responsabilites de chacun de ne pas faire n'importe quoi n'importe ou et non pas pas par par la multiplication d'interdiction inappliquable et inapplique.... car il en existe deja ........ bonnes balades en esperant que vs ne croisiez pas de " horde sauvage de motoreux " ;))

» Par paul, le 02.11.2011

Bianchi

+ 111111

» Par Bianchi, le 02.11.2011

flnc
commence donc par responsabiliser et éduquer tes hordes Les espaces naturels et les autres usagers t'en seront reconnaissants ...

» Par flnc, le 02.11.2011

ok j'm y met de suite mais y a du boulot... ;)) je le fait deja qd j'en croise ( et je ne suis pas motoreux etonnant non ..)et ils sont plus tolerant que ce que l'on peut croire eux... et peut etre plus "ecolos " que certain qui n'utilise pas d'engins motorisé ..comme quoi !!

» Par Florent, le 02.11.2011

"Bianchi" a dit :
Absence d'entretien, abandon de la part de l'ONF , des communes, ???
Les préoccupations de protection de l'environnement n'en sont que plus indispensables

Aux VTTistes pro-interdiction qui se sont exprimés sur ce post :
Mais que faites vous pour cet entretien de votre coté ?
Savez vous comment ces sentiers on été tracés ?? A la pioche, à la barre à mine, avec des engins, en coupant des arbres...

J'espère que vous n'attendez pas que cela soit les associations de marcheurs qui le fasse à votre place ?

A Baltringue, Bianchi : pour ceux qui connaissent véritablement les calanques, chacun sait qu' il n'y a pas de terre, que de la pierre. Dans cette pierre, je te laisse deviner comment s'écoule la pluie...

Enfin la thèse selon la quelle les VTTistes font passer leur roue tous au même endroit, alors que les marcheurs se coordonnent ensemble pour poser avec douceur leur chaussures sur une surface... hum hum... alors expliquez moi pourquoi dans les PN ou les VTT sont interdits il y a autant d'érosion ? Pourquoi les sentiers sont-ils coupés ?

La seule vraie question est : quelle activité douces non motorisée est t-elle plus légitime qu'une autre ?

- celles aidées de skis ?
- celles aidées de roues ?
- celles aidées de montures (chevaux ...) ?
- celles aidées de raquettes ?
- celles aidées de chaussures ?

Enfin en quoi cette histoire d'érosion sur terrain artificialisé (sentier, piste) à un rapport avec la protection de la Faune et de la Flore qui sont les missions des PN ?

» Par Baltringue, le 02.11.2011

florent tu es un troll

que de la pierre dans les calanques ?? mais oui, les arbres poussent dans la pierre et les sangliers qu'on voit parfois dans les calanques y mangent des cailloux !!

Les activités douces les plus légitimes ? Ta question n'a pas de sens. Un VTT ou un piéton n'a pas la même nuisance dans une petite zone surfréquentée à 2km d'une ville de 1 million d'habitants qu'au fin fond de l'Alaska. Les règle ne peuvent pas être les mêmes !!!

» Par Florent, le 02.11.2011

Bon déjà sache que je suis modérateur sur le site cousin de skitour alias VTTour.fr ...
Pour te répondre tout à fait calmement :

Les arbres ne poussent pas sur les sentiers.
Pas plus que les sangliers mangent sur les sentiers.

C'est toute la confusion entretenue dans la tête des gens entre deux choses tout à fait différentes :

- La Faune et Flore qui n'élisent pas domicile sur les sentiers.
- Ces même sentiers qui eux sont des aménagement ARTIFICIELS crées par l'homme pour éviter que chacun divague n'importe où dans la nature.

Pour les calanques le hors piste est interdit pour tous Grimpeurs, marcheurs en tout premier lieu, mais aussi VTTistes bien sûr.

Tu as déjà roulé dans les calanques ?
Je t'invite à nous rejoindre ! http://www.vttour.fr/forum/read_71873.html

Baltringue a dit :
Un VTT ou un piéton n'a pas la même nuisance dans une petite zone

Ok, je note que tu mets VTT ou piéton sur le même plan, ce qui correspond à dire qu'il n'y a PAS d'activité douce plus légitime une qu'une autre, et que les proposition de la MBF

"propositions de la MBF" a dit :
Le Principe de Liberté sera évidemment aménagé par le directeur du futur établissement public mais uniquement pour les raisons tangibles suivantes et toujours en concertation :
- pour des raisons de sécurité
- (risque incendie, battues de chasse…),
pour des raisons de surfréquentation imposant une régulation des flux ponctuelle
- (ponctuelle dans le temps et dans l’espace et de façon partagée avec l’ensemble des pratiques)
pour des raisons de protection de l’environnement et de la biodiversité
(éloigner l’ensemble des pratiques d’habitats et espèces fragiles de façon ponctuelle)


Sont tout à fait des propositions respectables, et qui concilient pratique et protection de la nature.


VTT de montagne