Accueil > Actu > Politique et Société > Les refuges d'altitude en pleine mutation

Les refuges d'altitude en pleine mutation - Politique et Société

 
+14
16 votes

Les refuges d'altitude en pleine mutation

Proposé par Jeroen le 11.08.2011, publié le 11.08.2011 :: www.ledauphine.com :: 1064 clics :: 23 commentaires :: Politique et Société

Fini le régime unique soupe-boeuf bourguignon, les dortoirs spartiates aux couvertures urticantes et la promiscuité repoussante… Avec une fréquentation stagnante voire déclinante depuis les années 90, les refuges sont condamnés au changement »

Commentaires

» Par Mic'hel, le 11.08.2011

c'est pas des refuges, c'est des hôtel-restaurants.

» Par Florence, le 11.08.2011

D'accord avec Mic'hel!
Encore une part d'aventure et de liberté qui s'envole avec ces grosses machines!!
Et puis, qui dit confort un peu spartiate ne dit pas forcément "promiscuité repoussante"! La plupart des refuges que j'ai fréquentés, gardés-par des gardiens aussi soucieux de la propreté de leur refuge que de la convivialité que l'on y trouve- ou non gardés sont accueillants et propres...
La "fréquentation déclinante" ne serait-elle pas plutôt en lien avec l'augmentation des tarifs, eux même en rapport avec ces fichues normes, ce qui établit encore une fois une barrière financière à l'accès à nos derniers espaces de liberté et de rêve dans nos sociétés d'artifice? Nos refuges vont devenir réservés à une "élite", dans le mauvais sens du terme: l'élite du fric.
Je me demande si je vais renouveler mon adhésion au CAF!

» Par nicom, le 11.08.2011

Je suis d'accord avec les premiers commentaires, mais Florence le CAF ne fait que suivre des directives qui lui échappent totalement... Il serait bien d'avoir l'avis des gardiens eux memes.

» Par laurent38, le 11.08.2011

Les tarifs y sont surement pour beaucoup. C'est vrai que monter la nourriture et tout autre matériel coûte très cher en hélico, mais si certains (pas tous) gardiens de refuges étaient un peu plus aimables, peut-être ces mêmes refuges verraient un peu plus de monde.Je me souviens une année avoir téléphoné a un gardien pour réserver (je tairais le nom du refuge), j'en ai profité pour lui demander s'il avait besoin de quelque chose, il m'a envoyer balader. D'accord, certains "clients" ne se comportent pas comme il le faut, mais c'est aussi ceux-là qui donneront le plus mauvais avis. Les gardiens n'auraient-ils donc pas intérêt a être plus aimables, même avec ces soit disant montagnards aimables comme des portes de prison. (Pour la prison, j'imagine, je n'y suis jamais allé) qui ne sont pas ceux qui fréquentent la montagne toute l'année.

» Par nicom, le 11.08.2011

@laurent38 : ça s'arrange au niveau des gardiens, par exemple le refuge qui donne accès à une certaine barre... Je trouve que l'on voit de moins en moins de grincheux. Tu prends le secteur Oisans par exemple certains refuges sont vraiment top, on envie d'y aller juste pour l'ambiance...

» Par MartinB, le 11.08.2011

D'accord avec Mic'hel. Cette évolution des types de refuge s'explique par une évolution des pratiques de montagnes (comme mentionné dans l'article): plus de randonnée, moins d'alpinisme. Du coup, on observe un changement de pratiquants, avec des "profils socio-professionnels" différents, du coup des attentes/"besoins" différents, etc. En Suisse on observe le même phénomène. En Italie ou en Autriche, le confort (bière pression, duvet, etc.) des cabanes existe depuis longtemps... Il y a également tout en débat au niveau de l'architecture des nouveaux refuges ("traditionnels" vs "modernes") qui s'inscrit également dans ces transformations
http://www.nouvelliste.ch/fr/hc_valais/article/entre-tradition-et-modernite-nos-cabanes-balancent-0-289142

» Par brize08, le 11.08.2011

So what ?

En hiver, on y trouvera toujours personne et la nuitée n'est vraiment pas très chère.
En été, un bon bivouac si le refuge n'est pas dans votre style (facile de la savoir en avance si on dispose du net) ou une nuit en hors sac (pas si chère que ça d'ailleurs, car réglementée) et tout le monde est content.

Honnêtement, ça change pas grand chose pour l'alpiniste (ou le skieur alpiniste), tant qu'on peut se lever quand on veut.

Puis le jour où t'es pris dans le mauvais, que ce soit quatre mur et un toit ou un hôtel-restaurants, au moment où tu le trouveras tu l'appelleras quand même cela "un refuge". Donc bon...

» Par laurent38, le 12.08.2011

C'est vrai nicom.

» Par Bruno, le 12.08.2011

Je ne partage pas trop l'avis de Florence. Déjà, brize08 résume bien la situation, je ne pense pas qu'elle soit gênante pour l'alpiniste. Et puis surtout, les récentes Assises de l'Alpinisme ont bien montré que l'activité d'alpi était en recul. Du coup, les refuges ont besoin de diversifier la clientèle, donc de s'adapter à des nouveaux types de public. Ce faisant, ils peuvent continuer à exister, pour el plus grand bien de tout le monde. A vouloir être trop intégristes ils risqueraient de mettre la clé sous la porte...

» Par Pïerre*, le 12.08.2011

En plus la reconstruction ou la rénovation d'anciens refuges selon des normes HQE (+ la rénovation des sanitaires) ne peut être qu'une bonne chose. Le confort spartiate d'un refuge n'est pas une finalité en soi. Quant au prix, quelle est l'augmentation du prix des nuitées depuis 20 ans ?

» Par Mic'hel, le 12.08.2011

Vive le bivouac!

» Par Pïerre*, le 12.08.2011

Pour ceux qui se plaignent du confort accru des refuges et de la coexistence avec une clientèle non alpiniste (pouahh !!!), le bivouac est effectivement une excellente solution.

» Par Mic'hel, le 12.08.2011

Et c'est beau, le bivouac. On peut voir la voie lactée et les étoiles filantes.


Pas comme les touristes dans leur chambre avec télé écran plat et canal+ en clair

» Par Mic'hel, le 12.08.2011

"Pour ceux qui se plaignent du confort accru des refuges"

[copier-coller]
c'est pas des refuges, c'est des hôtel-restaurants.

» Par Mic'hel, le 12.08.2011

Faut suivre un peu, Pïerre*...

» Par Olivier, le 12.08.2011

oui, on a bien compris que pour toi, c'était mieux avant. Moi je trouve ça bien de rénover des refuges, de construire HQE et de s'adapter à la demande des pratiquants (un refuge vit parce qu'il est fréquenté). Dans cent ans, on trouvera toujours des réac pour dire qu'il ne faut pas rénover les refuges que l'on construit aujourd'hui, à sacraliser bêtement ce qui existe. Si tu veux faire roots, la montagne te laissera toujours cette liberté.

» Par Migoo, le 12.08.2011

Les années passent, mais rien n'évolue chez Mic'HELL. Toujours là pour tout le temps critiquer tout, absolument tout et surtout tout. Quel enfer ta vie !!! Chiant jusque dans ton pseudo...
Courage à toi.

» Par laurent38, le 12.08.2011

Comme dit Michel: " On peut voir les étoiles filantes au bivouac". Entièrement d'accord, mais cela ne fait pas tout. Les rencontres à l'intérieur d'un refuge sont souvent intéressantes. Elles permettent de rencontrer des personnes partageant la même passion, de rencontrer des gens intéressants. Il s'agit d'un milieu chaleureux (même si parfois un gardien n'y met pas du sien) Alors les étoiles, oui de temps en temps et les refuges, affirmatif également.
Quant à leur confort, j'ai 51 ans et cela fait maintenant 40 ans que je cours la montagne et je ne me plains pas d'un confort accru.

» Par Florence, le 12.08.2011

Je fais partie des randonneurs et je ne suis pas sûre que l'hébergement de "luxe" qu'on nous prépare (les "hôtels restaurants" de Mic'hel) en moyenne ou haute montagne, soit ce que recherche la majorité des randonneurs!! Je pense plutôt qu'on cherche à attirer une nouvelle clientèle très très friquée, aux dépends d'une classe moyenne qui rame et qui ne peux plus se permettre week end ou plus , y compris avec enfants (de futurs clients potentiels pourtant) en refuge de montagne-témoignage d'un gardien de refuge dans les hautes Pyrénées pour ce qui concerne ces familles; la rencontre de tous les montagnards, les "alpi" et les autres, toutes couches sociales et tous âges confondus, fait pourtant bien partie de la magie des refuges!!
Je pense donc qu'on fait fausse route car la clientèle visée me semble restreinte!!
Et puis, le bivouac, c'est fabuleux et permet d'échapper aux "hôtels restaurants"; mais, mes copains de rando et moi-même commencent à être atteints par l'âge comme Laurent, et nos refuges nous permettent de continuer à faire plein de sorties que l'on ne ferait pas sans eux, spartiates ou non....

» Par cmanu, le 12.08.2011

rassurer moi, il n'est obligatoire de dormir en refuge même si on a envie de bivouaquer? on a encore la liberté de choisir?

» Par Pïerre*, le 13.08.2011

Le bivouac en montagne, seul en communion avec la nature http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2011/08/12/deja-six-morts-sur-la-voie-normale-du-mont-blanc-cet-ete

» Par laurent38, le 14.08.2011

Il y a 2 pages sur le Daubé de ce dimanche concernant les refuges.

» Par sebspi, le 18.08.2011

Ce lundi soir 15 aout, 4 pers. seulement au refuge Adele Planchard; incroyable... D'apres la gardienne, en 10 ans la frequentation est en baisse constante; comme c'est un refuge plutot a alpiniste qu'a randonneur, ca montre la baisse de frequentation des alpinistes en montagne: cf. les Assises de l'Alpinisme de cet année...
La demande c'est du parc d'attraction? de la Wilderness? Vaut peut etre mieux militer pour autre chose que la baisse du prix de la bouteille d'eau en refuge ;-) ...


VTT de montagne