Accueil > Actu > Santé et médecine > Tour de France : la montagne, révélateur du dopage

Tour de France : la montagne, révélateur du dopage - Santé et médecine

 
+27
39 votes

Tour de France : la montagne, révélateur du dopage

Proposé par Jeroen le 14.07.2011, publié le 15.07.2011 :: www.lemonde.fr :: 2037 clics :: 45 commentaires :: Santé et médecine

Dans les cols, un coureur donne deux fois plus de coups de pédale pour avancer deux fois moins vite qu'en plaine. Peu de vent, pas de phénomène "d'aspiration" et des pentes aux dénivelés référencés. Idéal pour calculer exactement sa puissance musculaire.

Cette puissance, développée en watts, est l'indicateur le plus fiable de la prise éventuelle de produits dopants. Depuis trente ans, avec l'ingénieur Frédéric Portoleau, nous compilons les données selon une méthode éprouvée. Pour comparer les performances d'un coureur "poids léger" (Marco Pantani, 56 kg) et d'un "poids lourd" (Miguel Indurain, 80 kg), nous les ramenons à  un coureur étalon de 70 kg. Ces calculs de puissances développées dans les cols nous ont permis d'identifier trois zones de dopage : le dopage avéré à  partir de 410 watts, le "miraculeux" au-delà  de 430 et enfin le "mutant" au-delà  de 450 »

Commentaires

» Par Jeroen, le 14.07.2011

C'est pas du ski, mais on y parle de performances, et ça laisse rêveur...

» Par davidg, le 14.07.2011

calcul tes watts (en velo)

bikecalculator.com/wattsMetric.html

» Par davidg, le 15.07.2011

et voila

http://data.srmlive.de/TDF/

un site avec les "watts" en directe de certains coureurs, pas des freres schleck (les mauvais freres :-)

» Par PAS, le 15.07.2011

et à votre avis, les vainqueurs des grandes courses de ski alpinisme, combien de watts développent-ils ? ca serait interessant de savoir . on aurait peut etre des surprises ?

» Par mauris, le 15.07.2011

Si je compare mes perfs sur les memes montées, avec celle des meilleurs dans les disciplines respectives; les cyclistes pro sont sur une autre planète par rapport aux meilleurs skieurs alpinistes...

» Par olivier, le 15.07.2011

Cycliste PRO...
Comparons ce qui est comparable, sans faire allusion au dopage...

» Par HDlameije, le 16.07.2011

Et le rêve ...

Depuis que tout se calcule, se mesure (en watts, en secondes, en kms, en dénivellé, etc ), s'optimise, ...

Depuis que le soucis de la récupération passe avant le bonheur de l'exploit réalisé ou du but atteint ...

Peut-on mesurer ce qu'on a gagné et ce qu'on a perdu ?

» Par savoy, le 16.07.2011

Tout à fait d'accord avec toi, HDlameije!
Tu as le courage de dire tout haut ce que beaucoup de monde pense tout bas!

» Par alaindesalpes, le 16.07.2011

Ouh!ouh, aujourd'hui dans le plateau de Beille, ils n'ont pas battu les records des coureurs "bioniques " d'il y a quelques années, tout le monde avait l'air content de suivre . Par contre, certains équipiers ont été époustouflants ( attention, je n'ai pas dit stupéfiants, lol): Stuart O'grady, ex sprinteur qui menait le train dans un col, Jens Voigt bientôt 40 ans lui aussi qui met "dans le dur" des mecs qui ont 10 ou 15 ans de moins que lui.

» Par Grizzlyski, le 16.07.2011

Salut Alaindesalpes

si je suis tes raisonnements un peu limites, que dire d'un célèbre coureur qui vient pour la deuxième année de remporter la vertical race du grand serre et qui a approché les temps de kilian jornet sur la course de la Fully, le tout à 45 ans bien tassés.
Perso, je suis admiratif, toi juste soupçonneux et c'est assez lamentable.

» Par olivier, le 16.07.2011

Certes ils n'ont pas battu des records mais je vous met au défis de les suivre...
Même le grupeto j'en serai pas capable

» Par gilles, le 18.07.2011

il faut qd même pondérer ces calculs mathématiques
certes, chargé comme une mûle, on monte les cols plus vite, et c'est dangereux, malsain, et interdit en compet
mais la biomécanique n'explique pas tout, et les perf sont aussi en rapport avec la forme du jour, la météo, la motivation, et on dépasse parfois les normes grace à la gnacke, la peur, ou l'orage qui arrive

» Par manuhtdoub, le 18.07.2011

interessant. Par contre il est pas spécifié comment est pris en compte l'évolution des vélos : sans doute non négligeable non? (surtout dans la comparaison avec hinault et Lemond..

» Par Baltringue, le 18.07.2011

ces calculs n'ont pas de sens

» Par Etienne -H-, le 18.07.2011

gilles a dit : la biomécanique n'explique pas tout, et les perf sont aussi en rapport avec la forme du jour, la météo, la motivation, et on dépasse parfois les normes grace à la gnacke, la peur, ou l'orage qui arrive

Plutôt dire:
"les contre-perf sont en rapport avec la méforme du jour, la météo, la démotivation"
et:
"on atteint parfois le max grace à la gnacke, la peur, ou l'orage qui arrive."

» Par Vallou05, le 19.07.2011

C'est un article qui ne révèle rien, sinon que ce sont les plus forts qui gagnent (sacré scoop !) et dont le contenu ne justifie en rien le titre. Les bases scientifiques de l'article sont nulles, les valeurs permettant de définir les 'zones de dopage' ne s'appuient sur rien et les termes employés sont arbitraires. Un lien entre la puissance développée et le dopage est certes possible mais l'article ne le démontre pas.

» Par Djamel, le 19.07.2011

Pour info

1. Le dopage avéré (410 watts) : « c’est enchaîner plus de cent 400 mètres de niveau mondial en athlétisme, sans fatigue et après cinq heures d’effort ».

2. Le dopage « miraculeux » (430 watts) : « c’est lever une jambe sur un mètre de hauteur avec un poids de 45 kilos attaché au pied plus de 2000 fois sans faiblir après cinq heures d’effort ».

3. Le dopage « mutant » (450 watts) : « c’est faire du vélo à 10 km/h dans une pente moyenne à 10 % (n’existe pas en France) et en tirant une remorque qui pèse 100 kilos, toujours après cinq heures d’effort ».
Des performances qui paraissent autrement hors de portée humaine que de grimper les 15,9 kilomètres du Mont Ventoux à 8,58 % en 46 minutes comme le fit, selon Antoine Vayer, Marco Pantani en développant 445 watts lors du Tour 1994. Mais ceci dit, nous n’avons personnellement testé aucune de ces hypothèses…

» Par Baltringue, le 20.07.2011

qui a décrété que c'était le dopage "avéré" ??

C'est comme si je disais en escalade :
le dopage avéré : passer du 8b
le dopage miraculaux : passer du 8c
le dopage mutant : le 9a et 9b

le matériel, le bitume aussi a considérablement évolué. La simple phrase 450W = faire du vélo à 10 km/h dans une pente moyenne à 10 % (n’existe pas en France) et en tirant une remorque qui pèse 100 kilos, toujours après cinq heures d’effort

n'a pas de sens ! aucun mot du vent, du pédalier, du bitume, etc

» Par Vieux Troll, le 20.07.2011

Le papie dans le monde n'est pas une publication scientifique.
Mais, il n'y a rien de bien nouveau dans le cyclisme. Les chaudières ne tournent pas plus à l'eau clair en 2011 qu'en 2001, 1991, 1951 ou même en 1903.

» Par grizzlyski, le 20.07.2011

Les chaudières ne tournent pas plus à l'eau clair en 2011 qu'en 2001, 1991, 1951 ou même en 1903.

Comme dans tous les sports, les footeaux étant en nombre en ce moment dans quelques cliniques suisses pour se "régénérer".
Le dopage dans le cyclisme, on en trouve .... parce que l'on cherche, ailleurs, c'est une autre volonté.

» Par alaindesalpes, le 20.07.2011

@djamel: depuis quand une pente moyenne de 10% n'existe pas en France, pour exemple le puy de dôme est à 12% de moyenne sur plusieurs kilomètres

» Par Pïerre*, le 20.07.2011

"Le dopage dans le cyclisme, on en trouve .... parce que l'on cherche, ailleurs, c'est une autre volonté."

C'est indéniable que le vélo est un des sports les plus contrôlés, mais même quand on trouve, les sanctions ne sont pas prises (cf Contador) ou alors différées de façon scandaleuse. Il y a quand quelque chose de sacrément pourri dans le sport de haut niveau (et même de moins haut niveau malheureusement).

» Par phil, le 20.07.2011

a mon avis les fabricants de produits dopant ont au moins 10 ans d'avance sur les services anti dopage .
dans les métiers du transport ,certains chauffeurs se dopent afin de faire des nuits ,et des nuits etc .
pas plus loin que le mois dernier ,un conducteur de moissoneuse batteuse m'a affirmer prendre des produits afin de pouvoir bosser de 6h du mat jusqu'a la fin de nuit .

» Par Grizzlyski, le 21.07.2011

Et en natation, y'a même pas besoin d'avoir 10 ans d'avance sur les dopés.
César Cielo contrôlé au même diurétique qu'un coureur du tour. L'un est exclut de la grande boucle, licencié de son équipe, va prendre 2 ans de suspension, l'autre ne prend qu'un avertissement et sera présent au chpt du monde en Chine dans 15 jours.
Va donc expliquer ça à des enfants dans les clubs.

» Par Bianchi, le 21.07.2011

Djamel affirme :
3. Le dopage « mutant » (450 watts) : « c’est faire du vélo à 10 km/h dans une pente moyenne à 10 % (n’existe pas en France) et en tirant une remorque qui pèse 100 kilos, toujours après cinq heures d’effort ».

Désolé
Outre que les pentes à 10% et bien plus abondent en France et ailleurs,
Les équations mécaniques et physiques, avec les valeurs communément admises, définissent par exemple :
un cycliste de 90 kg ( 80 + 10 de machine et divers ) à 10 km/h dans une pente de 10% par vent nul, avec un vélo bien réglé et sur un bon revêtement routier fournit 275 w
( 5 w de résistance à l'air, 25 w de frottements et pertes mécaniques et 245 w pour vaincre la gravité )
le même cycliste doit monter à 15 km/h la même pente à 10% pour devoir fournir 422 w ( soit 17 + 37 + 368 )
pas la peine de trainer une remorque de 100 kg !!
Quelle idée d'ailleurs ??
L'exemple donné pour Pantani ( 20.7 km/h pour une pente de 8.58% ) correspond à environ 520 w

Pour un skieur de rando "de compèt "( 100 kg avec son sac, qui dénivelle à 1080 m/h soit 0.3 m/sec ), la puissance développée est de
P = MxgxH = 100x10x0.3 = 300 w, valeur qu'il faut majorer assez fortement pour tenir compte des frottements des skis et autres pertes mécaniques, bien plus importantes que pour un vélo sur le goudron
( surtout s'il fait la trace !! )
avec un coeff de 20%, on arrive à 360 w

Ne pas oublier qu'on parle là de puissance fournie par l'organisme, le quel comme toute machine thermique a un rendement déplorable ( de l’ordre de 25% ), donc pour fournir 360 w, le corps humain brule environ 1400 w

Ceci ne justifiant en rien d'éventuelles considérations liées au dopage !!

» Par jacky05, le 22.07.2011

Par Bianchi: Pour un skieur de rando "de compèt "( 100 kg avec son sac, qui dénivelle à 1080 m/h

100kg, dans les champions il ne doit pas y en avoir beaucoup avec ce poids :lol:

» Par Bianchi, le 22.07.2011

c'était pour la facilité du calcul
avec skis, chaussures, sac, vêtements, équipements,
un skieur de montagne "normal" n'en n'est pas loin
( pas un collant pipette ! )
et s'il doit faire la trace ( en profonde ou pire ), le coeff de perte en ligne est de 50 voire 100% !!
d'où le fait qu'un humain en très bonne condition physique ( qui tire 300 w sur la durée ) ne trace pas à 1000 m/h !! mais péniblement à la moitié ...

» Par Vieux Troll, le 22.07.2011

C'est bien gentil mais qu'est ce que cela change pour les chaudières du cyclisme. Ils sont chargés depuis des décennies et ça n'a pas changé miraculeusement et ne changera pas plus miraculeusement.

» Par Vivagel, le 24.07.2011

Bof, je trouve ces chiffres bien arbitraires pour parler de dopage.
Même moi j'ai déjà pu tenir 500 W pendant quelques minutes (mesuré sur vélo ergométrique), sans autre dopage que du chocolat au lait et aux noisettes et un peu de chartreuse jaune, je conçois donc sans peine que des super-sportifs hyper-entraînés puissent tenir 450 W pendant 45 minutes, je pensais même qu'ils pouvaient faire plus.
Donc oui les coureurs du Tour sont sûrement dopés, mais cette étude-là est bidon.

» Par lemich, le 24.07.2011

Ne pas mélanger la puissance instantanée et la puissance en endurance voir [http://www.velo2max.com/Entrainement/dossier_puissance.htm]

» Par Vivagel, le 26.07.2011

Des Watts c'est des Watts, c'est justement l'intérêt d'une mesure absolument objective, il suffit de connaître la masse de la roue du vélo ergométrique, son diamètre, et son nombre de tours par seconde, et on connaît la puissance fournie.
Ensuite on voit combien de temps on peut tenir à cette puissance.

» Par robin lamothe, le 27.07.2011

Vivagel tu a tenu 500 watt pendant quelques minutes? etant coureur deuxieme categories je suis arrivé au pilier 380 watt pendant 1min alors 5OO watt soit tu est pro soit tu est chargé mais ne raconte pas de betises et quand tu dit que tu concois sans peine que des sportifs arrivent a tenir 450w pendant 45min tu dit et jen suis desolé n'importe quoi.
c'est inhumain sans dopage et les speciaistes le prouvent

» Par Vivagel, le 27.07.2011

Ben ouais, 500 W pendant un peu moins de 3 minutes, avec le coeur entre 200 et 205.
Content que tu sois épaté, mais y'a vraiment pas de quoi.

» Par robin lamothe, le 27.07.2011

nen mais arrete tes betises tu connais robbin cattet qui gagne toute les grimpées chronométrés et qui a gagné deux manches de coupe de france cet année il est a 430 watt comme palier dit moi tu fait des courses un peu? j'aimerai bien savoir ton nom

» Par Vivagel, le 27.07.2011

Ah ben je vais peut-être m'y mettre alors, si y'a que des freluquets à 380 W j'ai toutes mes chances de faire de bons résultats !

» Par robin lamothe, le 27.07.2011

bon bah l'année prochaine je te voit au tour de france alors:)

» Par Seb, le 28.07.2011

@Robin Lamothe :
Ancien coureur cycliste de bon niveau, je peux t'assurer que lors de tests à l'effort (en théorie fait sur une durée minimale de 30 minutes), bon nombres de coureurs amateurs dépassent les 400W. C'est même en général la "limite" des catégories nationales et élites.
Alors, qu'un pro fasse 450 W, même en fin d'étape !!! Bof, je suis pas pas plus impressionné que ça...

Heureusement que ces soi-disant pseudo scientifiques n'ont jamais fait le même calcul lors d'un contre la montre individuel de 60 bornes. Parce que là...la puissance développée, c'est carrément autre chose.

» Par robin lamothe, le 28.07.2011

tu crois que sur un contre la montre la puissance c'est carrement autre chose?
regarde contador au tour de murcie 2011 cest 440 watt sur 12 km et c'est deja enorme puis aprés voila on peut pas comparez une arrivé au sprint sur du plat ou dans les roues tu depassent les 450 watt a une arrivé en haut d'un col .

» Par robin lamothe, le 28.07.2011

puis faut pas se voiler la face meme si il ya moins de dopage le tour de france ne tourne pas a l'eau clair, j'ai un ami qui est passé pro en 2008 chez ag2r jean charles sénac il a couru le giro en 2009 il ma tout expliqué le dopage organisé chez ag2R c'est de la folie jvous invite a discuter 5 minutes avec lui ca fait tres froid dans le dos .d'ailleurs c'est pour ca qu'il est plus pro il a refusé de se doper resultat il etait toujours dans le grupetto alors qu'en amateurs il gagne le tour des pays de savoie, 2 eme des championnat de france amateurs... aors non le tour de france n'est pas propre et non voeckler nest pas propre comme pierre rolland

» Par robin lamothe, le 28.07.2011

je ne suis ni jaloux ni aigri tant mieux pour le cyclisme francais mais voila faut pas rever sur leur performance quand on voit pierre rolland qui travaille pendant 2 semaines pour thomas voeckler dans les pyrennés et qui arrive encore a gagner a l'alpe d'huez nen c'est pas humain.

rapelons que andy sclhlek a battu le record de l'izoard de plus dune minute 15 sur lance armstrong en l'an 2000 et une min 30 sur di luca en 2007

source:cyclisme dopage Pour la première fois depuis 1999, aucun coureur n'a dépassé la barre des 410 watts moyens (seuil du dopage « avéré ») dans les cols tests de fin d'étape », se réjouit Antoine Vayer (...) ( Le Monde des 24 et 25 juillet). La puissance développée par certains coureurs dans les Alpes laisse toutefois pantois cet expert de l'étude des performances : selon lui, Andy Schleck a amélioré jeudi de 1'12'' le record de la montée de l'Izoard, détenu depuis 2000 par Lance Armstrong. Une performance qu'il évalue à 423 watts. Celle de Cadel Evans dans le Galibier aurait selon lui atteint 423 watts. Même Voeckler aurait atteint les 433 watts dans le Télégraphe.

On est très loin des 470 watts de Pantani dans l'Alpe en 1995. Mais Antoine Vayer comme Armand Mégret jugent qu'il faut rester très vigilants.

Le médecin de la FFC s'alarme d'une « reprise des comportements déviants » après avoir constaté une augmentation de 73 % des anomalies biologiques chez les coureurs français, notamment des administrations abusives de fer, souvent associées à des prises d'EPO.

Les deux experts s'inquiètent aussi du « gros problème des corticoïdes », « libéralisés » par l'Agence mondiale antidopage. Depuis le début de l'année, les sportifs n'ont plus besoin de présenter une « déclaration d'usage » pour cette substance, dont le seuil de détection a de surcroît été relevé, ce qui rend quasiment impossible tout contrôle positif. Outre ses effets antidouleurs et stimulants, ce produit apporterait aussi, selon le docteur Mégret, des « capacités physiologiques supplémentaires ». Elle permettrait aussi de potentialiser les effets de l'EPO, et donc de réduire les doses d'érythropoïétine, rendant celle-ci indétectable.

Mais les corticoïdes présentent aussi des risques pour la santé - augmentation de la rétention d'eau et de la tension artérielle. Ils sont donc souvent administrés avec des diurétiques, qui ont l'effet inverse. Ce qui explique peut-être le contrôle positif d'Alexandre Kolobnev, ou celui de quatre nageurs brésiliens.

Lire l'article en entier

» Par michel 73, le 28.07.2011

plusieurs confusions:

PMA ( I5) et seuil (I4)

PMA = 5 à 7 min max
seuil= autour de la demi heure= 80% de PMA au niveau puissance.

les coureurs de 1 ère caté sont nombreux a avoir une PMA au dessus de 400 w, ce qui leur donne un seuil au dessus de 320 W. C'est donc aux 320 W ou 360 W (maxi) des 1ere catés qu'il faut comparer les 430W de certains pros.

2e chose: les ergomètres surestiment très largement la puissance, il faut retirer au moins 50W, parfois nettement plus. Les sceptiques peuvent essayer un powertap, il descendront de leur piédestal.

3 e chose : avant les années 90 aucun coureur n'a dépassé les 410W sur un col de fin d'étape du tour.

Dernière chose : prendre des « amateurs » de 1ère caté  comme des modèles de performance vertueuse et se servir de cela comme base pour justifier les perfs des pros relève d'un angélisme digne du pays des bisounours.

» Par robin lamothe, le 28.07.2011

bien vu michel:)

» Par carmel 05, le 28.07.2011

a robin lamothe j'espère que jean charles est ok pour ce que tu ecris car le pére lavenue vas etre content de lire ton commentaire,citer une equipe et un nom faut etre un peu ...

» Par robin lamothe, le 28.07.2011

carmel tu prefere l'omerta c'est ca? j'assume tout mes propos . devrai_je etre complice de ce dopage organisée? nen faut que les gens savent ce qui'il se passent ds le monde pro

» Par robin lamothe, le 29.07.2011

L'étau se resserre autour de Frank Schleck. Son équipe, la CSC, l'a suspendu vendredi à titre provisoire. Le Luxembourgeois a en effet avoué avoir effectué un virement bancaire d'un montant avoisinant les 7000 euros sur le compte d'une banque suisse dont le propriétaire serait, selon la justice allemande, Eufemiano Fuentes, le médecin espagnol impliqué dans l'affaire Puerto. «Je confirme que j'ai effectué en mars 2006, à partir de mon compte courant, un virement bancaire de 7000 euros sur un compte en Suisse. Le paiement devait financer un programme d'entraînement sportif spécifique par des experts», a expliqué le coureur dans un communiqué publié sur le site de son équipe.

année 2008 source cyclisme dopage


VTT de montagne