Accueil > Actu > Politique et Société > Faut-il effleurer la mort pour se sentir vivre ?

Faut-il effleurer la mort pour se sentir vivre ? - Politique et Société

 
+12
16 votes

Faut-il effleurer la mort pour se sentir vivre ?

Proposé par Phil'Ô le 24.02.2011, publié le 24.02.2011 :: www.ledauphine.com :: 962 clics :: 9 commentaires :: Politique et Société

La prise de risque en montagne chez les adolescents ne s’apparente à rien de morbide et à aucun besoin inconscient de destruction, bien au contraire, ces pratiquants de sports extrêmes affrontent la mort pour se sentir vivre. »

Commentaires

» Par JMT, le 24.02.2011

Alors on doit être beaucoup d'adolescents attardés... Vite, une psychothérapie!

» Par cmanu, le 24.02.2011

je ne sais plus qui a dit : la vie ne vaut d'être vécue que quand on la risque.

après chacun défini son niveau de risque acceptable

» Par Pascal Heraud, le 24.02.2011

il n'y a bien que le titre qui sonne sérieux!
Ils doivent frôler la mort au dauphiné tellement ils écrivent vite et n'importe quoi :)

» Par Thierry c, le 24.02.2011

A Pascal: Facile de dauber le Daubé...( Peut-être as-tu lu un peu vite et n'importe comment... ) Pour ma part, je note que cet article cherche à résumer les propos du bien-connu Marcel Rufo. Le regard éclairé du pédo psy m'a bien intéressé, mais du coup, comme JMT, je m'interroge sur ma pratique... Tout à fait d'accord avec Cmanu.

» Par Alain, le 24.02.2011

Bon article. A vous de voir si vous prenez plus votre pied à claquer des virages avec une falaise de 500m sous vos skis ... ou si vous préférez la même pente, encore plus raide, mais sans cette falaise (pas foule au Linceul par ex., malgré l'esthétique de cette pente...). Ou si votre plaisir augmente avec le risque d'avalanche ! Je pense que le risque pris de manière gratuite n'attire en fait que peu de monde. Beaucoup d'entre nous cherchent plutôt à éprouver leur corps et leur esprit en allant chercher les limites, à la manière d'un pilote ou autre sportif de haut niveau, tout en se faisant plaisir. Peu cherchent en fait le vrai risque (on nous verrait régulièrement dans des pentes de 60° ... et allongés au pied !)... et les meilleurs le disent eux-mêmes, le grand risque et la peur qui va avec , ce n'est pas ce qui les motive. Mais c'est vrai, on aime bien dire qu'on fait du "ski extrême" et du friraïde , ça fait plus classe que skidrando ! =>
"la vie ne vaut d'être vécue que quand on la risque"
= affirmation dénotant un urgent besoin de lire du Rufo ! Et c'est vrai pour Pascal aussi...

» Par Manu Combeaux, le 24.02.2011

Le mieux, c'est quand même ceux qui sont persuadés de risquer leur vie là où il n'y a pas vraiment de risque ... mais ça (les) fait rêver...

» Par Francoua, le 25.02.2011

Dans l'article, ils parlent des ados, pas des adultes. La problématique est assez différente.

» Par Phil'Ô, le 25.02.2011

Francoua a dit :Dans l'article, ils parlent des ados, pas des adultes. La problématique est assez différente...
+1

» Par Alain, le 25.02.2011

Francoua a dit :
Dans l'article, ils parlent des ados, pas des adultes. La problématique est assez différente...

Ouaip, et les ados, c'est nous il y a quelques temps... et tous ceux qui le sont un peu trop restés ! à cause de l'absence de rite de passages justement ... => CQFD !


VTT de montagne