Accueil > Actu > Ski de randonnée > Sains et saufs après une nuit passée à  -11°C en montagne !

Sains et saufs après une nuit passée à  -11°C en montagne ! - Ski de randonnée

 
+20
28 votes

Sains et saufs après une nuit passée à  -11°C en montagne !

Proposé par Jeroen le 04.02.2011, publié le 04.02.2011 :: www.nicematin.com :: 1768 clics :: 39 commentaires :: Ski de randonnée

Cinq randonneurs Grenoblois se sont égarés en cherchant à  rejoindre un refuge à  Estenc, au nord d'Entraunes. Ils ont été secourus dimanche matin »

Commentaires

» Par Jeroen, le 04.02.2011

Comment ont-ils pus se tromper de vallon sachant qu'ils avaient un GPS avec itinéraire tracé sur fond de carte IGN. Mais quels zozos :P

En tout cas je pense qu'une bonne expérience comme ça, c'est formateur. Dommage par contre que ça ait mobilisé tous les secours, que j'en profite pour saluer par la même occasion.

» Par rob, le 04.02.2011

Forcément quand on envoi des grenoblois à l'étranger :D
C'est heureux que tout se finisse bien en tout cas!

rob

» Par leded, le 05.02.2011

Ben oui. Jamais de problèmes en VTT avec le GPS et plein d'erreurs sur cette course.
Topo sous évalué, trace GPS au lieu d'une vraie route avec des waypoints, plafond bas bouchant la sortie des cols, mauvaise orientation, lecture de carte difficle, 2 couvertures de survie pour 5...des péquenots à la neige, quoi :)

» Par Bouffon, le 05.02.2011

"des péquenots à la neige, quoi"
ça c'est envoyé!!!!!!!!!!!

» Par LoloGrenoble, le 05.02.2011

Je jouerais un peu le rôle de leur avocat : en pleine chute de neige sans visibilité, le GPS ne dit pas s'il y a un trou ou un caillou 2m devant. De plus ils ont pris la décision d'arrêter et de faire un trou à neige assez tôt, ce que ne font pas les débutants. Pour avoir connu des brouillards denses (sans GPS il est vrai), je me sens plus solidaire que critique à leur égard...

» Par bob, le 05.02.2011

qui fait le malin tombe dans le ravin n'est ce pas leded

» Par marika, le 05.02.2011

hum à la décharge du Ded, il faisait partie du groupe en question, c'est pour ça qu'il peut se permettre un peu d'auto-dérision :wink:

» Par DLn38, le 05.02.2011

Je rejoins l'avis de LoloGrenoble. Dans le mauvais temps (comme par beau temps également) le gps ne nous dit ou ne montre pas tout. Sans nos yeux pour comprendre ou interpréter l'information, le gps reste un outil aléatoire. Tout n'est pas parfait.
De plus avec des mauvaises conditions la qualité de connexion entre le gps et le satellite peu être altérée, ce qui le rend moins précis (en tous cas pour certains modèles).

Je pense qu'ils on pris la bonne décision au regard des conditions et évaluations du risque sur l'instant.

Maintenant pour le coté matériel de survie, effectivement, on peu se demander qu'est-ce qui les a pousser à faire l'impasse la dessus... le poids ? ;-)

» Par leded, le 05.02.2011

Non, l'oublie tout simplement. Et une préparation trop aléatoire ou chacun se repose sur l'autre. Grosse erreur.
On en est tous conscient mais une nuit dehors (on n'est pas les 1ers, ni les derniers), ce n'est pas si pire.
Par contre, mettre sa famille dans un état inconfortable et solliciter des secours qui mettent leur vie en danger (même si c'est leur job comme nous l'a annoncé l'un des sauveteurs) est toujours discutable et sujet (à juste titre) de polémiques controversées.
Le GPS ne doit être qu'un outil d'aide à la décision.
Il occulte facilement la perception du danger, voire du renoncement !

» Par DLn38, le 05.02.2011

Avec la panoplie GPS + GSM + ARVA, ne va-t-on pas voir arriver dans les montagnes un nouveau "touriste" qui par l'acquisition de ces appareils, va se croire à l'abri de tout ?

On l'a vu avec l'avènement du portable qui a drainé une population qui appelle les secours au moindre coup de fatigue. Des gens qui partent par n'importe quelle condition en se disant qu'avec un arva on ne risque pas les avalanches.

Quel état d'esprit va germer dans les têtes des novices ou jeunes générations qui vont découvrir la montagne armées d'outils high tech laissant supposer un faux sentiment d'invincibilité ?

Les secours ont visiblement du "taf" pour les années à venir !!

Le chômage ? Ces gars là, ils ne vont pas le connaître.

» Par bobo, le 05.02.2011

DLn38, ce discours là, on le connaît et il n'est certainement pas vrai. La meilleur preuve est les stat de morts par avalanches: ce sont surtout les "anciens", les plus expérimentés et qui cumulent les sorties qui se font prendre. Le mythe du débutant inconscient qui part tête baissée sans réfléchir en montagne à la vie dure et n'est pas vérifié, sauf pour quelques épi phénomènes médiatiques.

La montagne n'est pas réservée à une caste de "happy few" qui l'ont découverte parce qu'ils sont nés dans un alpage... Ces nouveaux outils sauvent des vies et facilitent l'accès à la montagne et c'est tant mieux. Ce ne sont que des outils et ne remplace pas l'expérience, on est d'accord.

Mais, c'est comme si tu te plaignais que le nouveau matos d'escalade amène plus de "touristes" urbains dans les grandes voies, plus que quand quelques pionniers grimpaient en grosses avec une corde en chanvre autour de la taille. Oui c'est vrai, la montagne se démocratise et le matos y participe, tant mieux.

» Par DLn38, le 05.02.2011

Bobo, Je ne dis pas que ces appareils ne participent pas à l'amélioration de la sécurité (surtout pas !!), je dis simplement qu'il ne suffit pas d'en posséder pour se sentir hors de danger.

Ce sont les mentalités qu'il faut sensibiliser. Heureusement que ceux dont je parle sont pour le moment minoritaires. Mais pour combien de temps ?

Ma crainte c'est de voir un jour des gens qui vont pouvoir imaginer qu'aller en montagne, grâce à ces appareils, c'est aussi facile et anodin que d'aller disputer une partie de foot ou de tennis en se déchargeant complètement sur ces équipements et la responsabilité de leurs fabricants ou revendeurs.

Assis-toi simplement, à 4H du matin en juillet, à la sortie du refuge du Gouter pour voir comment, pour une partie d'entre eux, ils lance à l'assaut du Mont Blanc. On voit tout de suite que la catégorie dont je parle existe. Certains d'entre eux ne savent même pas mettre des crampons ou s'encorder. Comment peuvent-ils assurer leur compagnon en cas de pépins ?

J'ai travaillé pour un grand fabricant de matériel de montagne. En matière d'analyses de risques , je peux te dire que le nombre de "co...ies" faites par des pratiquants qui vont jusqu'à l'accident grave, voir mortel, est grandiose. C'est parfois à se demander si certain ont un cerveau ? L'utilisation inadaptée ou détournée du matériel est très courante. Alors quand je dis que je crains que des personnes aient cette fausse sensation, ce n'est pas par hasard.

Pour les stats, c'est vrai qu'il y a surtout des personnes dans la catégorie "ancien" mais c'est aussi cette populations qui est la plus représentée en rando.

Je te rassure, les anciens ont été jeunes et les jeunes seront anciens demain. Donc, les anciens qui sont toujours là c'est qu'ils ont su se protéger. Et les jeunes par contre, du fait qu'ils ne sont pas encore ancien, ils sont en "sursis" ?

Je plaisante. Je ne souhaite à personne, "jeune" ou "ancien" de connaître le malheur. La montagne est et doit rester un endroit de plaisir et de liberté. Bon ski à tous et pour longtemps. Puisqu'il paraît qu'on vit de plus en plus tard, j'ose imaginer qu'il me reste encore beaucoup de décennies pour randonner :-))

» Par Bianchi, le 06.02.2011

"Avec la panoplie GPS + GSM + ARVA,"
Pensée unique du GPS, saint GPS priez pour nous ...
Réfléchissons plus, lançons nous sans souci dans l'aventure
d'autant qu'avec son frère GSM, et son cousin ARVA,
No problemo, les yeux rivés sur le petit écran, on est à l'abri de tout aléa ...

» Par squal, le 06.02.2011

Pour les ayatollah de la non technologie, juste pour info, sur un GPS (enfin le mien) la petite fonction trackback est loin d'être un luxe.

Quand on ne sait plus où on est et qu'on n'est pas assez intelligents comme vous, suffit juste de suivre le chemin déjà parcouru en sens inverse sur la petite machine. C'est magique car là c'est sûr qu'on rentre à la voiture sans se planter de chemin.

Pour le GSM c'est sûr qu'on l'emmène juste pour écrire des textos et consulter le net au sommet !!! Par contre pour prévenir les proches que l'on est en galère, mais qu'on gère et pas besoin d'emmerder les secouristes à nous chercher on ne sait où, là c'est sûr que ça sert à rien non plus...

Bref toujours des bonnes leçons de morale des Mr "Jesaistout" et Mr Moijsuisplusmalin". Mais je vous rassure continuez à nous faire doucement rigoler et surtout n'oublier pas de prendre vos douves de tonneau pour skier plutôt que vos skis High technology qui vous permettent de vous faire bien plaisir... Car ça aussi c'est un luxe bien inutile.

» Par Lemming, le 06.02.2011

C'est marrant comme il suffit de rappeler que l'homme est le maillon essentiel de la sécurité, bien avant le matériel aussi performant qu'il soit, pour que des personnes gagnent un point godwin.

Je n'ai jamais rencontré DLn38. Mais les personnes ayant un peu de vécu en montagne auront reconnu l'auteur. Effectivement, il sait de quoi il parle. Il ouvrait en cascade dans les années 80-90 et a développé des produits techniques pour l'alpinisme. Il est difficile de savoir s'ilsaittout ou s'ilestplusmalin. Mais, il en sait très certainement beaucoup plus sur le sujet "technologie en montagne" que la quasi totalité d'entre nous.

» Par Lemming, le 06.02.2011

Petite approximation de ma part, il s'agissait des années 90.

» Par HDlameije, le 06.02.2011

En dehors de la petite erreur de jugement qui a été commise et que je ne commenterai pas, je me rends compte qu'il y a un endroit où il neige en France !!!!

» Par leded, le 06.02.2011

Nous sommes toujours resté zen avant, pendant et après notre "expérience" enrichissante.
J'aurais aimé que ce condensé de commentaires le soit aussi :)

» Par Bianchi, le 06.02.2011

"Pour les ayatollahs de la non technologie, juste pour info, sur un GPS (enfin le mien) la petite fonction trackback est loin d'être un luxe."
Question de bon sens, le GPS est devenu une sorte "d'assurance tous risques", qu'elle n'est certainement pas
C'est un constat, pas une agression intellectuelle
Quant à la fonction "track back", entièrement d'accord, sauf que quand tu es en déshérence, en fin de journée, dans le col de la petite Cayolle, en fin de traversée ( du Pelat ), la fonction track back n'est pas d'un grande utilité objective ..

» Par squal, le 06.02.2011

On va dire que je connais bien les personnes qui étaient dans cette galère et comme le dit Leded et comme je les ai invité aussi à le faire, je trouvais utile qu'ils racontent leur mésaventure et comment on peut en arriver à un bivouac forcé.

Merci à eux d'avoir raconté leur galère en toute humilité sans se défiler sur leurs erreurs. Si ça peut en faire cogiter certains lors de la préparation d'un raid en voyant que la moindre négligence peut avoir des conséquences fâcheuses.

@Bianchi : La fonction trackback pouvait être plus qu'utile dans leur cas. Pour revenir sur leurs pas il fallait remonter 400m de D+ (Pas de la Grande Barre) et ensuite c'était que de la descente. 400m au pire c'est 1h30 de remontée. Avec des frontales pour la descente ça se fait. Par contre seul hic dans l'histoire de nos amis c'est qu'une personne était bien fatiguée et que les 400m étaient de trop. Bref la questions ils se la sont plus que posée il semble. Mais par sagesse ils ont préféré resté groupés et gérer un bivouac forcé. Tout en sachant que le lendemain ils se sont rendus à Estenc par leurs propres moyens mais accompagnés par les hommes du PGHM. ils n'avaient pas pu prévenir ces derniers pour leur éviter de sortir ou du moins de chercher une partie de la nuit. Ils ont d'ailleurs ensuite récupéré leur voiture en remontant à la Cayolle et sont allé rechercher tout le monde à Entrevaux. Donc il y a vraiment pas de quoi se moquer de leur galère qu'ils ont géré seuls. Ils étaient juste "très gênés" d'avoir causer du soucis à leurs proches et obligés les gars du PGHM à une sortie qui aurait pu leur être éviter ou du moins facilité.


HS : Mr lemming pour le point de Godwin je vous laisse vous instruire à son sujet et vous me ferez une dissertation sur ce que vous avez éventuellement compris :wink: . Par contre faites le moi en message privé car vos déblatération n'intéresse pas grand monde sur cette discussion et nottament les personnes concernées dans ce sujet. Vous êtes fort Vous et bien c'est très bien, mais je suppose que vous aussi avez des casseroles aux basques. Il faut simplement assumer d'en parler devant tout le monde. Par contre se "moquer" des autres est tellement plus facile tout en étant intolérant au possible...
Seule chose où l'on serait d'accord, c'est que l'humain est le seul maillon faible dans la sécurité. Mais j'ai beau lire, personne ne l'a nié ici et moi le premier. Après vous trouvez la technologie inutile c'est bien, mais c'est pas l'avis de tous (même si Mr DLn38 est du même avis que vous). Seulement vous vous permettez de juger des personnes que vous ne connaissez pas et qui sont loin d'être des perdreaux tombés du nid pour ce qui est expérience en montagne. Mais comme je le disais il y a toujours des plus FORTS derrière leurs claviers et certainement dans la pratique, mais tout le monde peut faire une erreur. Je ne vous cite pas les montagnards émérites qui se sont plantés voire qui y sont resté. Par contre eux ils étaient forts donc ils sont pardonnés :P . C'est ça qui me faire sourire (pour ne pas dire hérisser le poil) dans vos propos complètement décalés Messieurs.

La seule chose dommage dans cette discussion c'est que des personnes viennent critiquer négativement et gratuitement et que l'on soit obligé de recentrer le débat pour qu'il ne dérive pas vers un lynchage injustifié car les erreurs ont été reconnues et assumées... Alors pourquoi tirer sur l'ambulance ? Excès de courage peut-être :P

Sur ce bonne soirée à tous. Et comme le dit Leded, ZEN !

» Par leded, le 06.02.2011

Dommage pour le point Godwin qui n'a rien à foutre ici..
Si certains sont à court d'arguments, heureusement que nous, en contre partie, nous n'étions pas à court de lucidité et de courage (pour les filles). L'homme est perfectible et commet des erreurs, bien souvent à cause des habitudes. Nous, on assume.
--
Pour revenir sur nos pas, Il fallait remonter le couloir débouchant sur le replat du trou d’Aigle et celui ci était en condition de glace. J'avais émis cette hypothèse de retour mais nous avons, d'un commun accord, décider de continuer et de passer le Pas du Lausson. Mais le crépuscule pointait et il nous manquait 1H pour boucler sur le refuge d'Estenc.

» Par Cyril, le 06.02.2011

Par brouillard, je me suis perdu sur les pistes de ... Chamrousse alors que je suis Grenoblois !

» Par Lemming, le 06.02.2011

Squal, tu devrais arrêter la fumette. Je n'ai pas souvenir avoir donné un avis sur le pepins en question.
Je chatouille juste en te demandant de te renseigner. Pourquoi l'avis de DLn38 est relativement pertinent ? Question technologie, je ne serais guère étonné que tu utilise du matos de montagne du matos qu'il a développé.

» Par rob, le 06.02.2011

Je crois que Squal a bien répondu :)

» Par Bianchi, le 07.02.2011

"La fonction trackback pouvait être plus qu'utile dans leur cas. Pour revenir sur leurs pas il fallait remonter 400m de D+ (Pas de la Grande Barre) et ensuite c'était que de la descente. 400m au pire c'est 1h30 de remontée. Avec des frontales pour la descente ça se fait."
C'est ça, ils étaient à tourner en ronds dans la purée de poix à la nuit tombante sous la petite Cayolle, et il suffisait de la fonction track back pour remonter 400 m ( en semi glace ) et redescendre 1000 m derrière ...
Ceci étant, je ne me moque pas une seconde de leur cas
et je pense qu'ils ont pris la meilleure décision, celle de bivouaquer, même sans trop de matos adapté
A qui ce genre de chose n'est pas déjà arrivé, moi le premier, mais je ne comptais pas sur saint GPS pour m'en sortir

» Par mathieu des Noes, le 07.02.2011

Une petite question aux protagonistes de cette mésaventure. Dans l'article, il est écrit que la température est descendue à -6°C dans le trou à neige. Pourquoi n'avez-vous pas fait un igloo ? Le terrain n'était pas adapté ? Vous n'aviez pas de frontale ?

» Par leded, le 07.02.2011

La cohésion de la neige ne permettait pas de faire les parpaings. On avait quand même 2 frontales, 5 pelles. Le GPS n'y est pour rien dans cette aventure.

[suite du message effacée par erreur par un modo neuneu...]

» Par Baltringue, le 07.02.2011

Loin de moi l'idée de donner des leçons, on a tous fait des bétises, et j'apprécie les récits honnêtes, c'est jamais facile de raconter ses erreurs !

Une question : pourquoi on parle de GPS alors qu'au vu du récit, les 2 erreurs sont :
- départ trop tardif
- niveau insuffisant à skis d'un des membres du groupe.

L'horaire en montagne est primordial, que vient faire le GPS la dedans ?

» Par Lemming, le 07.02.2011

On peut également rajouter qu'un bivouac non prévu est un élément de formation indispensable pour la pratique de la montagne. Passer une nuit dehors par des conditions relativement clémentes (-6°C) permet de démystifier ce genre de chose. C'est long en hiver.

» Par Francoua, le 07.02.2011

En voilà une histoire pour une nuit dehors...

» Par leded, le 07.02.2011

le pire c'est que l'on a même pas tapé dans la grosse ration de génépi :)

» Par Guy Brochier, le 07.02.2011

Pour Leded,
c'est comment un trou a neige ?
pas de photos ? dommage !!!!

» Par laurent38, le 07.02.2011

Le principal est que tous ces gens s'en sorte sains et saufs. Qui n'a jamais commis d'erreur ? Quelqu'un peut-il assurer qu'il ne sera jamais surpris par des mauvaises conditions météo, plus ardues que ne le prévoyait les prévisionnistes?
Certains d'entre nous n'ont peut-être pas les moyens d'acquérir un GPS. Je sais, c'est un moyen pouvant être vital, bien que je croie encore au triptyque: carte, boussole et alti.
Certains, bardés de matériel électronique, se serait tout de même égarés, sans penser à creuser un trou pouvant leur sauver la vie.

» Par leded, le 07.02.2011

@ guy
disons que l'on fait dans l'informationnel mais pas dans le sensationnel :)

» Par Phil'Ô, le 07.02.2011

Pour répondre à la question de Jeroen
Comment ont-ils pus se tromper de vallon sachant qu'ils avaient un GPS avec itinéraire tracé sur fond de carte IGN

Pour connaître un peu le secteur, avec ou sans GPS, le coin est paumatoire par temps de brouillard plusieurs petites barres (mal indiquées sur la carte IGN), des raidillons, des talwegs et des pentes parfois plus soutenues que ce à quoi on pourrait s'attendre... brouillent ce que l'on pourrait penser être le bon cheminement.

Bref, c'est pas si évident que cela :ill:

Et puis heureusement qu'ils n'ont pas tenté de poursuivre malgré tout en franchissant le pas du Lausson ou des Garrets, car une fois un de ces 2 cols franchis on arrive sur des plateaux vers les 2300 m, et le cheminement devient complexe pour rejoindre Estenc. Alors avec la nuit et la visibilité à 0, bien leur en a pris de ne pas tenter le diable:cool:

» Par leded, le 07.02.2011

Si descente depuis le Pas du Lausson sur Estenc, nous savions qu'il y avait une barre à 2049m avec passage en rive droite (topo).
Par contre le début de la descente est hyper pentu et vu les conditions du goulet précédent du trou de l'Aigle (Chriss l'a descendu en crampons), avec la nuit, on allait certainement au crash!
Si Raymond était venu avec nous, il connaissait bien le secteur Lac d'Allos/Col de la petite Cayole/col de la Cayole. Perso, je connaissais la partie lac d'Allos et inférieure. La réussite ne tient pas à grande chose...

» Par Etienne -H-, le 08.02.2011

Bon, vous me copierez 100 fois:
" si je suis pas un esquimau ni portugais, je ne fais pas mon igloo en parpaing"

En effet à 5 et 5 pelles plus 5 sacs, il y en a pour 1h maxi pour faire un igloo à l'aide d'un tas de neige et des sacs. Une petite fosse à froid, la chaleur humaine ou une petite bougie et zou une nuit bien au "chaud"!

» Par leded, le 08.02.2011

Merci de ton enseignement EH. On y a pensé.
Le peu de neige ne permettait pas de faire véritablement un trou pour s'enfouir dessous. On a creusé une cavité dans le flanc droit d'un canyon en arrivant facilement au sol naturel.
Le mot parpaing a été employé pour bien appuyer sur le fait que l'on ne pouvait pas faire de blocs de neige :)
La cohésion de celle ci ne le permettant pas!
D'ailleurs, sous la couche dure de neige, le support est du type microbille et sujet au glissement dans les pentes raides.

» Par sacrin, le 08.02.2011

Etienne-h- :D celle la me plait beaucoup,je vais la garder merci.(le pire c est qu 'il a raison )meme avec du gobelet énorme ou du graind rond plein d'eau ca marche, c est la technique sybérienne y faut de la vodka pour dans le trou non ?


VTT de montagne