Accueil > Actu > Ski alpin et ski de fond > Les lits froids, "une bombe à retardement" pour les stations de montagne

Les lits froids, "une bombe à retardement" pour les stations de montagne - Ski alpin et ski de fond

 
+15
23 votes

Les lits froids, "une bombe à retardement" pour les stations de montagne

Proposé par Jeroen le 21.01.2011, publié le 22.01.2011 :: www.google.com :: 1653 clics :: 35 commentaires :: Ski alpin et ski de fond

Le phénomène immobilier des "lits froids", occupés moins de quatre semaines par an par les touristes, inquiètent les stations de ski qui, à  l'instar des Arcs en Savoie, peinent à  rénover leur parc de studios des années 60, délaissés pour des appartements plus spacieux »

Commentaires

» Par cmanu, le 22.01.2011

et hop encore un appel au contribuable

» Par kaiser38, le 22.01.2011

ils ont qu'à les détruire toutes ces merdes des années 70...

» Par 2tipon, le 22.01.2011

Un des plus grave problème auxquels nos sociétés sont confrontées...cotisons nous pour aider les proprios (grands et petits) et observons une minute de silence en signe de solidarité et de recueillement.

» Par Ricil, le 22.01.2011

oui, c'est vrai, les pauvre proprios de résidence secondaire...

» Par Luciole, le 22.01.2011

Et apparemment la relève des proprios des années 60 est encore plus consumériste et voit les choses en grand...
Encore un coup de la baisse du pouvoir d'achat !

» Par Lemming, le 23.01.2011

Certaines remarques stigmatisant des personnes ayant acheté un petit studio à la montagne dans les années 70-80 me laissent pantois. A l'époque, ce n'était que la classe moyenne. Comme la plupart des personnes postant sur ce site. Bien évidement, vous êtes plus intelligent, meilleur etc. Bien évidement, vous saurez faire les bons choix pour dans 30 ans. Bravo à vous

» Par Lemming, le 23.01.2011

Mon petit doigt me dit que les boulets des années 2040 ne seront que les donneurs de leçon des années 2010.

» Par Vallou05, le 23.01.2011

Cela fait plusieurs années que le problème est posé. On le voit enfin arriver le tapis.
Quant aux boulets de années 2040, ce seront tous les appartements défiscalisés achetés ces dernières années. Ils pourraient même devenir des boulets beaucoup plus tôt, au fur et à mesure de leur sortie des périodes de rétention obligatoires.
Les municipalités qui ont pratiqué la fuite en avant immobilière devraient assumer leurs erreurs, au contraire elles continuent ... justement à cause de ces mises hors marché des lits froids !

» Par Lemming, le 23.01.2011

Je suis relativement d'accord avec toi Vallou05. Le problématique lit froid est avant tout une fuite en avant immobilière des municipalités et stations. Mais, c'est plus facile de stigmatiser le péquin moyen venu depuis la plaine dans les années 70-80 pour se payer 1-2 semaines de ski. Un truc typiquement classe moyenne : acheter un appartement et le louer pour payer l'appartement et sa semaine de ski.

» Par kaiser38, le 23.01.2011

A l'époque, ce n'était que la classe moyenne

Faut quand même pas dire de conneries. C'était déjà une classe moyenne supérieure qui se payait des studios au ski. La plupart du temps c'était les ménages avec un couple de cadre travaillant tous les deux (pas si fréquent dans les années 70).

Aujourd'hui, c'est le couple d'ingénieur qui gagne bien sa croute, qui se paye un T2 ou un T3 en station...

Moi je suis bien plus choqué par les milliers d'appartements De robien, (ou désormais Scellier) de qualité très médiocre, acheté en défisc' pour les louer aux moins aisé. Le tout dans des coins complètement ahurissant, ou la demande de logement n'excède pas la moitié de l'offre construite.

Que deviendront ces appartements construit dans des coins ou le boulot est inexistant dans une quinzaine d'année ? Le scandale des proprio de De Robien, qui ne peuvent louer ou revendre leur biens est une réalité.

Les appartements au ski ont fait leur temps, comme les barres d'immeuble des cités HLM de la même époque. Rasons les, et faisons autre chose. Les promoteurs ont tout intérêt à lancer des campagnes de rachat de ces verrues immobilières pour faire des projets haut de gamme.

De toute façons, la résidence secondaire, c'est tjs les même qui en profitent, ceux qui ont du pognon. Les autres ont déjà du mal à se trouver un domicile digne de ce nom...

» Par michel, le 23.01.2011

début 70 un t3 de 36 m² avec garage et ascenceur c'était 5000 francs.

» Par michel, le 23.01.2011

ce qui correspond a un peu plus de 5000 euro aujourd'hui d'après l'inflation (environ 600 % depuis 1970)

» Par kaiser38, le 23.01.2011

5000f ? y'a pas comme un soucis de dizaine la ? tu veux dire 50000F peut-être ?

en 1970 le smic est à 593 balles par mois. Ca voudrait dire qu'en 9 mois de smic tu te payes une résidence secondaire...

Ah ces vieux alors ! entre le nouveau franc, l'ancien franc, l'euro ! ca s'y perd ;-)

» Par michel, le 23.01.2011

pas d'erreur. hé oui les choses ont bien changé.

» Par Lemming, le 23.01.2011

kaiser, arrête de raconter des conneries.
Mes parents n'étaient pas cadres et n'avaient même pas le bac : "petits fonctionnaires" et ma mère bossaient à mi-temps. Ok, il avait déjà un appartement des grands parents. Mais, on est vraiment loin de tes clichés.

Mais, ta grande science va nous expliquer ce qu'il faut faire pour 2040.

» Par philippe, le 23.01.2011

tout n'est pas aussi simple comme d'habitude !
les municipalités ont bien compris le pb et d'ailleurs les ZAC qui sont sorties en ZRR (formule demessine) ont plutôt bien marché
sur la maurienne en particulier

» Par kaiser38, le 24.01.2011

Mes parents n'étaient pas cadres et n'avaient même pas le bac : "petits fonctionnaires" et ma mère bossaient à mi-temps. Ok, il avait déjà un appartement des grands parents. Mais, on est vraiment loin de tes clichés.

ouais vachement... c'est toi qui est a coté de la plaque mon pauvre !

pour 2040... j'espère que d'ici la j'aurai pu investir dans mon domicile principal.
pour la résidence secondaire, j'en ai rien à branler, je n'y vois aucun intérêt en étant grenoblois.

Vu le prix des locs à certains endroit hors saison, je vois pas l'intérêt, hormis d'être blindé d'avoir une résidence secondaire. Vu le prix des charges et des taxes, c'est vraiment pas rentable.

» Par Lemming, le 24.01.2011

kaiser38, tu m'expliques qu'il fallait un couple de cadre pour se payer un studio à la montagne à la grande époque de l'or blanc. Je te réponds que c'est faux en t'indiquant un exemple précis. Qui est à coté de la plaque ?
Il fut une époque où le ski s'était relativement démocratisé. Bien évidement, il n'y avait pas de SDF dans les clubs mais il y avait des fils-filles de non cadres, voir même d'ouvriers.

» Par Pïerre, le 24.01.2011

Encore une fois la discussion s'égare complètement et plus rien à voir avec l'article de base...

Le problème souligné par l'article n'est pas de savoir si les gens qui ont des appartements en station ont des tunes ou pas. C'est que l'immobilier des années 70 ne correspond plus du tout à ce qu'on recherche maintenant. Les aménageurs de l'époque ont cherché la rentabilité maximale à court terme avec le minimum d'investissements et maintenant on se rend compte que rien n'a été prévu pour du plus long terme. Et le pire c'est que ces mêmes aménageurs voudraient faire payer les pots cassés et les rénovations par ceux à qui on a refourgué ces studios et accessoirement au contribuable par l'intermédiaire de nouvelles défiscalisations/aides et autres niches fiscales qu'on est justement en train de tenter de supprimer. On marche sur la tête...

» Par Vallou05, le 24.01.2011

@ Pierre, bien résumé !
C'était la stratégie de l'époque (encore en vigueur aujourd'hui d'ailleurs) de simplement réaliser des opérations immobilières en vendant sciemment des lits froids ! Résultat, les lits sont devenus des glaçons pour lesquels il faudrait dépenser beaucoup d'énergie (rachat !) pour les faire fondre (les rénover ou les détruire). Le capital a été vendu au lieu de le faire fructifier ...

» Par kaiser38, le 24.01.2011

C'est que l'immobilier des années 70 ne correspond plus du tout à ce qu'on recherche maintenant. Les aménageurs de l'époque ont cherché la rentabilité maximale à court terme avec le minimum d'investissements

Mais en fait, c'est pas un problème spécifique aux années 70 ! C'est le problème à chaque fois que l'on fait des opérations immobilières à grandes échelles. Que feront nous des apparts De Robien dans 30 ans ?

Chaque fois qu'il y a une incitation de l'état à investir dans l'immobilier, les promoteurs y répondent en construisant tout et n'importe quoi qui se vendra comme des petits pains grâce aux réductions d'impôts.

Quand on travaille dans l'immobilier on veut faire de l'argent à court terme. Hélas, rien à foutre du développement durable...

kaiser38, tu m'expliques qu'il fallait un couple de cadre pour se payer un studio à la montagne à la grande époque de l'or blanc. Je te réponds que c'est faux en t'indiquant un exemple précis. Qui est à coté de la plaque ?

ton exemple personnel est justement un contre exemple car tu dis toi même je cite "Ok, il avait déjà un appartement des grands parents".

Il faut quand même rappeler que dans ce pays il y a 45% de gens qui ne sont pas propriétaires et qui risque bien de ne jamais le devenir. Et que les autres qui sont propriétaire de leur résidence principale (domicile) sont déjà pas mal endetté...

Il faut garder à l'esprit que la résidence secondaire est un luxe réservé à la classe la plus aisée, ou alors à ceux qui ont la chance d'avoir hérité ou de disposer gratuitement de leur résidence principale.

» Par bob, le 24.01.2011

5000 franc un studio a la montagne en 1970 n'importe quoi !

» Par Brize08, le 24.01.2011

Ouais, enfin, c'est la faute aux promoteurs, mais aussi à tous les particuliers, assez bêtes pour acheter un appart en montagne en croyant que y aura pas besoin de faire de travaux de rénovation ou de travaux de copro dans les 30 années qui viennent, ou assez bêtes pour acheter dans du robien ou du scelliers dans des zones qu'ils ne connaissent pas et où la demande n'est pas intéressante.

Quand tu voies comment sont calculés les rendements locatifs...
Quand tu voies les affichettes dans les halls d'immeubles de montagne, avec des syndics désespérés de pouvoir voter des travaux...

Quand les français arrêteront de croire que l'immobilier prend partout de la valeur en vieillissant, y'aura déjà bien moins de conneries de faites de ce style.

» Par Lemming, le 24.01.2011

>>>>
Il faut garder à l'esprit que la résidence secondaire est un luxe réservé à la classe la plus aisée, ou alors à ceux qui ont la chance d'avoir hérité ou de disposer gratuitement de leur résidence principale.
>>>>
Mon povre kaiser !!!

Tu oublies ceux sachant se servir de leurs mains (souvent ouvrier) et retapant un taudis pour en faire un truc sympa. Quand j'étais gamins, la condensation se transformait en glace sur l'intérieur de certaines vitres.

Décidément, tu me feras toujours autant rigoler. Continue de nous expliquer la vie.

» Par Pïerre, le 24.01.2011

L'article, il me semble ne parle pas vraiment de proprios qui cherchent à louer, qui n'y arrivent pas et qui demandent des aides mais plutôt de maires, de restaurateurs qui se lamentent parce que leurs stations qui ressemblent assez à certaines cités de banlieue sont vides 48 semaines par an.

C'est pas le problème d'avoir un appart qu'on arrive pas à louer qui est soulevé mais ce lui de communes qui ont bradé leur patrimoine, qui ont tout misé sur le ski, qui ont massacré leur environnement et qui réalisent maintenant que plus personne n'a envie, hors des 4 semaines des vacances de ski, de venir dans ces coins.

Mais ils n'ont rien appris, rien compris... Maintenant ce ne sont plus les barres HLM des années 70, ce sont les chalets de luxe qui sont à la mode. C'est moins moche (mais ça consomme beaucoup plus de place que les immeubles) mais les proprios sont en général des gens pleins de fric qui ne sont pas du tout intéressés par la location et le résultat est le même avec des stations de montagne vides une grande partie de l'année.
Comme c'est dit dans l'article, il faudrait maintenir une population locale, mais avec l'explosion de l'immobilier, elle est obligée d'aller voir ailleurs.

» Par Vallou05, le 24.01.2011

cqfd !

» Par Baltringue, le 24.01.2011

en même temps, il y a un problème assez délicat ( du point de vue stations ), c'est l'enorme différence de demande entre les 4 semaines de rush et les autres semaines. Même les apparts moches de années 70 sont occupés en Février.

Comment satisfaire la demande des 4 semaines sans avoir de lits froids les autres semaines ??? expliquez moi.

Si, une solution : créer un ministère du ski répartissant de façon soviétique les skieurs. Vous, vous allez à Courchevel cette année, à Corrençon l'année d'après ....

» Par kaiser38, le 24.01.2011

ou faire des apparts dans des Algeco construit uniquement pour les vacances d'hiver. Ils en font des très bons aujourd'hui, avec même des chiottes et une salle de bain.

Clairement il n'y a pas de solution. Soit on développe le tourisme, soit on ne le développe pas. On peut pas demander à des gens d'aller peupler à l'année l'alpe d'huez ou Corrençon, et quitter leur logement pour faire venir les parisiens pendant les vacances.

Le problème des stations de ski fantôme restera tant qu'il y aura des stations de ski et qu'on construira du logement (l'un ne vas pas sans l'autre)
Le développement du tourisme estival est aussi très marginal. Qui a envie de se retrouver l'été au milieu des remontées ?

» Par Francoua, le 24.01.2011

Bêêêê !!!
On a l'air de découvrir... en fait, depuis des années, les promoteurs ont construit à tout va, ont vendu leurs appart, s'en sont mis plein les fouilles et sont partis avec le pactole.
Quant aux communes, qu'elles se démerdent.
Et comme jamais rien ne sert de leçon, je suis prêt à parier qu'elles vont utiliser l'arme habituelle: la fuite en avant.

» Par Mic'hel, le 24.01.2011

Et rien de tel, pour appater le promoteur, qu'un nombre de km de pistes en augmentation (la croissance, la croissance!):
http://www.camptocamp.org/forums/viewtopic.php?id=189769

Les stations, un mal nécessaire, comme disent certains...

» Par philippe, le 24.01.2011

le problème des lits "froids" n'est pas spécifique à la montagne
allez donc vous balader dans une station balnéaire : même topo (sans neige) quoique la neige en ce moment...

» Par laurent38, le 24.01.2011

On voit ce qu'a donné St-Honoré (au-dessus de La Mure). Ca n'a jamais été achevé et l'on a un paysage complétement défait sous le Thabor.

» Par kaiser38, le 25.01.2011

Et encore, à st honoré, il y a avantage de la proximité de la mure, et pas mal de gens y vivent à l'année.
Des apparts, la vue est superbe et il fait même plus chaud qu'à la mure.

C'est l'exemple même d'un scandale immobilier. Puis "ils" (j'en sais rien qui, la commune, la station de ski...) ont surtout fait une grosse erreur en voulant développer ce secteur que je n'ai, personnellement jamais vu enneigé suffisament plus de 15 jours d'affilé.

» Par xdo, le 25.01.2011

Les prix dans les stations ne sont plus accessibles au commun des mortels.
Maintenant il faut être réellement riche pour aller faire une séjour de ski en station.
Et ces riches ne s'entassent pas dans un studio, leurs moyens leurs permettent de louer des apparts.
Donc les grandes stations de ski sont toutes entrain de rénover l'immobilier afin d'offrir ce type de standing.

C'est la cible marketing qui a changé : finit le doux rêve des années 70 du ski pour tous.

» Par Emmanuel, le 25.01.2011

et si au lieu de découper les vacances scolaires en 3 zones on le faisait en 15 zones ? comme ca de décembre à avril toujours un peu de monde en vacances mais pas trop d'un coup. et comme la semaine de février sera plus prisée que celle de début décembre les départements alternent leur ordre dans le calendrier d'une année sur l'autre. moins de bouchons aussi.
Mais non évidemment c'est une mauvaise idée.


VTT de montagne