Accueil > Actu > Nature et Ecologie > Un premier couple de loup en Valais

Un premier couple de loup en Valais - Nature et Ecologie

 
+18
22 votes

Un premier couple de loup en Valais

Proposé par MartinB le 10.08.2010, publié le 11.08.2010 :: www.tsr.ch :: 387 clics :: 42 commentaires :: Nature et Ecologie

Le prédateur qui a attaqué et tué des jeunes vaches sur un alpage au-dessus de Crans-Montana (VS) fin juillet, en Suisse, est bien un loup. Les moutons tués sur un alpage voisin au début du mois de juillet ont été attaqués par un couple de loups, un mâle et une femelle. »

Commentaires

» Par Ricil, le 10.08.2010

Ca serait bien étonnant que les suisses laissent une meute de loups s'installer chez eux....

» Par davidg, le 10.08.2010

la chasse est deja ouvert en suisse, si ca t'intresse

http://www.swissinfo.ch/fre/societe/Le_Valais_declare_la_chasse_au_loup.html

» Par MartinB, le 11.08.2010

Le loup (mâle) a déjà été abattu. Cela n'a pas trainé...
http://www.tsr.ch/info/suisse/2361594-valais-un-loup-abattu-au-dessus-de-crans-montana.html

» Par zoom, le 12.08.2010

Le suisse est sympa, franc et direct: faut pas faire chier les agriculteurs les plus chers d'Europe... (?).
Réaction digne d'un grand pays civilisé, je suis sur qu'il y a en Suisse plein d'ONG pour sauver les tigres ou les baleines... d'ailleurs ! :-D

» Par MartinB, le 12.08.2010

c'est sûr que les vaches à lait rapportent plus aux paysans que le loup ;-)))

Mais heureusement, il y a ici ou là des personnes qui pensent que tuer le loup ne résout pas tout:

http://www.wwf.ch/fr/newsservice/nouveautes/?1330
http://www.pronatura.ch/content/index.php?lang=3&mz=4

» Par Pïerre, le 12.08.2010

En tout cas ça donne vachement envie de payer le lait plus cher aux éleveurs et de consommer du mouton local au lieu du mouton de Nvelle Zélande...

» Par MartinB, le 12.08.2010

c'est vrai, même si d'un point de vue écologique le mouton de NZ c'est pas génial... Pas simple, de concilier une agriculture de montagne de proximité rentable économiquement et soucieuse de préserver l'environnement, sa faune et sa flore.

» Par Gibus, le 12.08.2010

Bientôt nous aurons mis par terre ce qui reste de notre agriculture de montagne..de moins en moins de troupeaux, de paysans...mais des loups soutenus par les bobos qui s'empressent d'acheter des aliments bricolés venus de l'autre côté de la planète...triste monde. Celui qui a déjà vu des brebis déchiquetées par les loups est sûrement sans coeur..mais la presse n'en parle pas, ne joint pas de photos et hurle avec la meute

» Par Pïerre, le 13.08.2010

Le seul argument que peut proposer l'agriculture de montagne est celui d'une agriculture respectueuse de l'environnement et de la biodiversité. Et le cas présent est l'exemple d'une agriculture qui va à l'encontre de cela. Pas du tout envie de la soutenir...

Quand au petit couplet sur les brebis déchiquetées par le loup, un petit tour dans un abattoir où on tue les agneaux peut aussi donner l'envie de devenir végétarien pour le restant de ses jours.

» Par Lemming, le 13.08.2010

>>>'acheter des aliments bricolés venus de l'autre côté de la planète.

Ca n'engage que moi, mais le mouton NZ est très certainement moins bricolés que chez nous.

Par ailleurs et pour la France, je n'ai jamais compris pourquoi il fallait autant subventionner une agriculture alors qu'on a laissé tomber des pans entier de notre industrie. Le poids politiques des agriculteurs est démesuré par rapport au poids économique et démographique.

» Par cmanu, le 13.08.2010

et quand le loup aura manger toutes les vaches qui c'est qui va le produire le lait du pays alpin pour faire le bon chocolat? sans parler des marmottes qui vont se retrouver au chomage si y a plus de chocolat à emballer.
tout un systeme economique fragile foutu en l'air; inconscient!

les defenseurs absolu du loup, je sais pas ce que vous faites comme travail mais j'aimerais bien pouvoir observer vos reactions si vous trouviez votre travail detruit

» Par nicom, le 13.08.2010

>>>>Par ailleurs et pour la France, je n'ai jamais compris pourquoi il fallait autant subventionner une agriculture alors qu'on a laissé tomber des pans entier de notre industrie. Le poids politiques des agriculteurs est démesuré par rapport au poids économique et démographique.

En fait pour ce qui concerne la montagne, c'est surtout pour maintenir une activitée, et il faut savoir que les agris ont un role pour l'entretien du paysage. Sans agri fini les champs, plus que de la foret comme en chartreuse où les agris se comptent sur le doigt de la main. La foret a tout envahie, les chemins sont entretenus par le parc ou l'onf... avant c'était l'activité agricole faisait que les sentiers, pistes étaient entretenues.... . Mais il est vrai que pour certaine production comme le Mais on peut se poser la question....

» Par Gibus, le 13.08.2010

Souhaitons qu'un jour nous autres paysans de montagne bénéficierons d'un programme de réintroduction..se tuer à la tâche pour une telle incompréhension c'est déprimant. Partout la friche avance et nos paysages se dégradent même dans des lieux toujours mis en avant ( Beaufortain, Aravis ). En Suisse et en Autriche on ne fait pas passer les paysans pour des chasseurs de prime, et quand au discours "jardinier du paysage" merci pour le bénévolat. Imaginez comme cela est dégradant de voir son terrain de travail devenir un terrain de jeu sportif ou une friche est difficile pour nous, mais bon 3% des actifs cela ne pèse pas lourd !

» Par nicom, le 13.08.2010

@Gibus : ben quoi tu trouves celà dégrandant le terme "jardinier du paysage"? moi je trouves ça valorisant. Il y a de ça 20 ans ma Grand mère avait encore des chèvres, elle les emmenait en champ, sur les chemins et je peux te dire qu'à l'époque les chemins étaient nikel; les chevres ça mange tout. Certe elle faisait pas ça pour entretenir les chemins et c'est pas ces chevres qui lui permettait de vivre, mais maintenant qu'il n'y a plus d'agriculteur dans le secteur les chemins se referment, les champs deviennent des ronciers... bref ce sont des machines et des personnes payés pour entretenir les chemins qui le font. Je trouve que c'est un peu bizarre... (j'ai fait pendant 6 ans ce taf).
Perso j'ai fait des études de paysagiste et durant mes études j'ai rencontré des agriculteurs de chartreuse qui sans les primes ne feraient plus les foins dans certains secteur. Alors oui les primes ça aide les agriculteurs, mais il faut surtout penser globalement et pas seulement à faire de nos campagne des cités dortoir.
Pour conclure malgrès mon statut pépère de fonctionnaire je réfléchis à me reconvertir et devenir pluriactif et suivre une formation de berger d'alpage... et ouai yen a qui y crois encore....

» Par zoom, le 13.08.2010

Vous croyez sérieusement que le retour du loup peut à lui tout seul faire mourir les agriculteurs de montagne ?
Un papy ariégeois me disait qu'il y a un siècle, un éleveur qui aurait laissé ses brebis seules à l'alpage tout l'été aurait subi la réprobation de tout le village. Maintenant, c'est souvent devenu la norme, et c'est celles-là que les prédateurs (loups, ours mais aussi chiens ...) boulottent en premier.
Les bergers permanents ont été les premiers à disparaitre après le loup, avec les chiens de protection, dans les années 30-40... Au lieu de hurler au loup, il vaudrait mieux réclamer la création de nouveaux emplois de... bergers !

Mais bon, le loup, c'est plus facile à tirer qu'une grande surface !

» Par nicom, le 13.08.2010

@zoom : justement le travail de berger a tendance à reprendre dans certains secteur comme du coté de font turbat ou il y a un certain temps il n'y avait plus de berger maintenant il y en un. Le gros probleme c'est que les berger se font vieux et que les jeunes veulent pas forcément faire ce taf difficile et rude.

» Par jls, le 13.08.2010

Des bergers, il y en a encore et des jeunes qui veulent travailler !
Mais des moutons, il ne va plus y en avoir ! Trop de boulot. Les vaches à veau, c'est plus calme.
Plus de moutons -> des rhododendrons -> instabilité de la neige -> glissement des terrains de montagne.
Allez voir certains coins de l'ariège !
jls

» Par nicom, le 14.08.2010

Plus d'infos: benjamin.lisan.free.fr/bergersdefrance/

» Par Pïerre, le 14.08.2010

Avant de voir dans le loup le fossoyeur de l'élevage en montagne (avant ovin mais maintenant on vient nous raconter que les bovins sont aussi menacés), il faudrait quand même s'interroger sur le fait qu'en Italie ou en Espagne qui comptent bien plus de loups qu'en France ou en Suisse l'élevage continue d'exister...

» Par SB, le 15.08.2010

Moi, je me pose quand même une question toute bête. Comment tout cela se passait-il avant que l'homme n'ait l'idée d'aller élever des moutons en montagne, c'est à dire, hors de leur milieu naturel ? Il ne faut pas rêver. Même si l'homme participe aujourd'hui à l'entretien des paysages et qu'il est plaisant de voir un chemin en bon état plutôt que des ronces et arcosses, la nature se débrouillait très bien sans nous avant. il ne faut pas oublier que l'occupation des territoires de montagne est relativement récente à l'échelle de l'humanité, bien plus récente en tous cas que son occupation par le loup qui s'y est vu acculé depuis qu'il a été chassé des plaines.

J'ai en tous cas un peu l'impression que certains bergers ne font pas (ou plus) leur boulot (ne pas être présent avec le troupeau la nuit), d'une part parce que c'est sûrement très peu rentable économiquement, mais également (je l'ai entendu d'un berger) parce que le travail est pénible et que la pénibilité au travail est aujourd'hui devenu un véritable interdit. Pourquoi devenir alors berger si on en accepte pas les conséquences ? C'est comme un médecin qui rêverait de travailler dans un hôpital sans malades !!!
Si on veut être tous les soirs à la maison auprès de sa famille (ce qui est tou à fait légitime), il faut choisir une autre activité, non ? De la même manière que le commercial qui se déplace sans arrêt à droite à gauche et qui ne dort pas souvent chez lui !!!
La taille actuelle des troupeaux est elle compatible et protégeable avec la présence de tels prédateurs ?
N'est ce pas un mal typiquement français de ne pas supporter la concurrence (supprématie) territoriale que fait subir ce type de prédateur (idem pour les ours pyrénéens) ?

Le mot de la fin sur quelques pensées absurdes...
Que dirait-on si quelqu'un se mettait en tête d'aller élever du phoque ou de l'otarie en mer dans une zone où le requin est présent ? Crierait-on "au requin" ? Eliminerions nous le requin pour autant ? Mettrions nous de grands grillages sous-marins ou serions nous raisonnables en nous demandant si le lieu est bien compatible avec telle ou telle activité ?

» Par Jules, le 15.08.2010

les loups vont être obèses a bouffer tous les moutons !

» Par greg_s, le 15.08.2010

bonjour tout le monde....j'ai l'année précédente parcouru la vallée dans laquelle un troupeau de mouton a été anéanti ( en dessus d'Hérémence dan le val d'hérens ) Je peux vous dire que cela à été un carnage ! il faut savoir que le loup tue MAIS NE MANGE PAS SYSTEMATIQUEMENT SES VICTIMES....voilà tout le problème ! et contrairement à la France...en Suisse nous devons occupé la montagne car nous avons peu de place !
Imaginez un peu svp un berger seul qui pleure car il a pas dormi depuis deux jours pour sauver le reste de ses moutons et il doit encore rassembler les cadavres à différentes altitudes !?...vous êtes sensible aux hommes ou aux bêtes ? Ces loups en plus viennent d'Italie apparemment.... à bon entendeur salut !
greg de Suisse.

» Par davook, le 15.08.2010

"Ces loups en plus viennent d'Italie apparemment.... "
Parceque si ils étaient Suisses cela serait différent, voir toléré ?

» Par SB, le 15.08.2010

Encore plus fort que Sarko ce greg de suisse, c'est vraiment vicéral comme manie dans ce pays...
Même les loups étrangers ils en veulent pas !!! Et pour les loups qui exercent leur activité professionnelle (tuer du mouton) depuis 7 ans, y a t'il une chance qu'ils acquièrent la nationalité suisse ou bien ?
pffff, pauvre suisse, heureusement qu'il y a de belles montagnes, sinon que resterait-il de ce pays on ne peut plus xénophobe ??? Les petits trains ? hmm.
Bref, pour revenir au sujet, si le loup ne mange pas systématiquement les moutons qu'il tue, c'est normal, c'est que c'est des proies trop faciles pour lui, auxquelles il ne devrait pas avoir à faire, car le mouton n'est pas dans son habitat naturel !!! A ce que je sache, il n'a jamais été retrouvé de troupeaux de chamois tués et non mangés, tout ça parce que c'est plus difficile de les attraper et donc qu'il se contente du minimum pour survivre. Un équilibre s'était crée.
Le loup est un prédateur qui est censé faire le ménage parmi les bestioles faibles, malades ou trop vieilles...il ne fait pas de sentiments, car il n'en a pas, il est dans son rôle que la nature lui a donné, c'est tout. Pourquoi lui en vouloir alors que l'erreur vient indéniablement de l'homme ?
Quant au couplet du berger attristé. C'est sûr, c'est dur de voir son travail anéanti, mais le loup devient pour le coup le bouc émissaire. Pour une attaque de loup, combien y en a t'il de chients errants ? En France, le ratio est démesuré et les bergers n'en sont pas moins tristes, de même qu'un orage qui détruit une récolte ou une maladie qui emporte la même bête...
Etre berger ou plus généralement agriculteur est un métier extrêmment difficile. Tout le monde devrait en avoir conscience. Je ne pense pas pour autant que cela donne le droit d'éradiquer le loup. C'est une contrainte avec laquelle il faut composer et avec laquelle nos voisin italiens semblent avoir beaucoup moins de mal que nous.

Au fait...énorme le coup du Suisse acculé dans ses montagnes tant l'espace est rare !!! Moi, de ce que j'en connais de la suisse, c'est que globalement, il y a encore moult places dans plein de cantons, que les quelques agriculteurs encore présents le sont plus pour le folkore qu'autre chose, subventionnés à fond par leur état, et qu'au final, tout ça fonctionne gentiment grâce à l'argent que dégage le système bancaire suisse (et le tourisme ? mouais pas sûr...), dont nous connaisons tous la parfaite intégrité :-)
Alors qu'en France, on est complètement stupide et qu'on occupe les territoires de montagne uniquement pour s'emmerder la vie parce que c'est plus difficile et qu'on aime bien en ch...

La solution réside sûrement dans la régulation, mais pas dans l'élimination systématique.

» Par cmanu, le 16.08.2010

SB a dit"les quelques agriculteurs encore présents le sont plus pour le folkore qu'autre chose, subventionnés à fond par leur état"
tu crois qu'en france c'est bien différent? la plus grosse différence c'est que les paysans français touche du fric de l'étay et de l'europe

» Par Pïerre, le 16.08.2010

Mouais, à lire les propos de SB et sa liste d'idées reçues on se demande où est la xénophobie.
La situation des paysans suisses et français concernant les subventions est relativement similaire et leur réaction face au loup venant "d'ailleurs" est quasiment la même.

» Par oursquivol, le 16.08.2010

Si tous le monde faisait attention en achetant les produits comme le lait, la viande en regardant la provenance il y aurait surement pas tout ce débat. Perso j'essai d'acheter directement au producteur, que ce soit la viande, le fromage et les oeufs. C'est sur que c'est facile en étant à la campagne mais en ville il y a les AMAP qui permettent d'acheter en direct.
Peut etre qu'avec une autre consommation les agriculteurs auraient pas autant besoin d'aide de la part de l'état et de l'europe.
En ce qui concerne le loup si il revient naturellement tant mieux, mais je vois pas trop pourquoi réintroduire une espèce disparue... . Concernant la place du mouton en montagne on lui a surement rien demandé mais la transhumance est ancestrale et ça nous dépanne bien pour l'entretien des alpages, je vois pas trop pourquoi remettre en cause cette pratique, celà reviendrait à remettre en cause les autres pratiques dont la pratique du ski de rando... . Que fait l'homme en montagne l'hiver?? si ce n'est assouvir son plaisir et si ya un problème après faut aller le chercher et dépenser des moyens couteux... Bref on peut polémiquer sur des tas de trucs si on cherche bien...

» Par Lemming, le 16.08.2010

>>>
Si tous le monde faisait attention en achetant les produits comme le lait, la viande en regardant la provenance i
>>>
Je ne sais pas si tu as remarqué mais il y a des gens qui sont déjà content de pouvoir en acheter. Ils s'en foutent royalement de la provenance et achètent ce qu'ils peuvent acheter. Ce n'est pas mon cas.
Mais, j'avoue que l'agriculture sponsorisé par l'état et l'Europe me gonflent profondément. C'est normal qu'il y ait moins agriculteurs qu'il y a 50 ans. Tout comme, il y a moins de secrétaire, plus de maréchal ferrant, plus de poinçonneur de ticket de métro etc.
Que cela plaise ou non, on ne prépare pas l'avenir en regardant le passé.

» Par nicom, le 16.08.2010

>>>Je ne sais pas si tu as remarqué mais il y a des gens qui sont déjà content de pouvoir en acheter.

Oui mais entre manger de la viande tout les jours et 1 à 2 fois par semaine le compte revient au meme. Moi je gagne 1300e, je m'estime chanceux de gagner cette somme mais celà ne me classe pas dans la classe moyenne. Pourtant j'arrive à acheter des trucs direct au producteur. Après c'est sur j'ai pas d'ipod, d'écrans géant, pas de truc Itech dernier cris. (je parle pas des gens qui gagnent moins de 1000e, parce que parti comme tu es parti tu vas me sortir des exemple de gens qui gagne 500e...).
Tu dis "on prépare pas l'avenir en regardant le passé", dans 10 ans tu mangeras plus de légume ni de viande?

» Par SB, le 16.08.2010

"on ne prépare pas l'avenir en regardant le passé"
Et un gouffre de sauté !!! Un !!! On se demande vraiment à quoi servent les historiens dans ce cas ? Oui, ne regardons pas le passé, oublions nos origines, les guerres et tout le reste qui nous permet d'en être là aujourd'hui. C'est sûr, on ne risque pas du tout de reproduire les erreurs du passé sans cette mémoire.
La modernité n'exclut pas un minimum de respect pour le passé, tous secteurs confondus.
Je serai en tous cas curieux de voir comment va s'amorcer le virage de l'agriculture lorsque le pétrole se fera rare. Un exode urbain et un retour aux campagnes ?

» Par Lemming, le 17.08.2010

Certains métiers changent. Certains métiers disparaissent. L'agriculture n'est pas une exception. Ca me gonfle que mes impôts & taxes servent à subventionner à pertes des métiers vivant dans un passé révolu.
Effectivement, certains matières premières s'épuisent lentement mais surement. C'est un enjeux majeur. Les subventions doivent avant tout servir à trouver et à mettre en œuvres les solutions à cet enjeux et pas subventionner à perte des paysans pour la simple raison que le système électorale français sur représente les populations rurales.

Les paysans pleurent parce qu'ils sont moins nombreux que qu'auparavant. Est ce qu'ils ont pleuré pour les mineurs ? pour le textile ? Est ce qu'ils vont pleurer pour les hôpitaux qu'ils faut concentrer pour atteindre des seuils critiques ? Est ce qu'ils ont remarqué que ce n'est plus auparavant et que cela encore différent dans le futur ?

» Par ClaudeMD, le 18.08.2010

La bouffe c'est quand le besoin vital par excellence il me semble important qu'un pays garde la capacité de nourrir ses habitants .
J'ai beau avoir un fond écolo mais sur la question du loup (ou de l'ours dans les pyrénées) je me pose des questions.

» Par MartinB, le 18.08.2010

Il semblerait, d'après l'Office fédéral de l'environnement en Suisse, que le loup tue 50 fois moins de moutons que les maladies ou accidents...

http://www.24heures.ch/actu/suisse/loups-tuent-50-fois-moutons-maladies-accidents-2010-08-03

» Par Lemming, le 19.08.2010

>>>
La bouffe c'est quand le besoin vital par excellence il me semble important qu'un pays garde la capacité de nourrir ses habitants .
>>>
Qu'elle est le rapport avec le nombre d'agriculteur !!!! Si on souhaite re-augmenter le nombre d'agriculteur, on peut reprendre la charrue tiré avec des bœufs ou même la tirer à dos d'homme.
Bien oui, c'est ca le passé. Tout comme il fallait vivre avec les animaux pour ne pas mourir de froid en hiver. C'était bien sympa dans l'ancien temps.

» Par cmanu, le 19.08.2010

doit on subventionner tout ou rien ou que certaines choses mais lesquelles?
par exemple, si on est agriculteur, il faut proteger et subventionner l'agriculture. si on est ouvrier et qu'on vient de se faire licencier economiquement parce que le gouvernement ne veut pas aider votre secteur d'activité, il ne doit pas etre evident de comprendre et d'accepter de payer des impots pour financer les subventions agricole et payer sa bouffe cher pour garantir le revenu des agriculteurs.
le probleme c'est que sans la présence des troupeaux en montagne l'acces à certaines course va devenir difficile avec les buissons. si quelqu'un a la solution miracle qu'il la donne

» Par Lemming, le 19.08.2010

Il n'y a pas de solution miracle. Mais, il est certains la problématique d'accès pour faire du ski de rando est le dernier paramètre à prendre en compte.
Les subventions (notre argent) doivent avant tout préparer l'avenir de l'ensemble de la communauté. Elles ne doivent pas aller à un lobby dont la puissance électorale reflète l'archaïsme d'un système politique rural tout droit issu du XIXème.

» Par oursquivol, le 19.08.2010

Personelement je prèfere que mon argent aille aux agris plutot qu'au renflouement des banques qui coulent notre société. Il est bien plus urgent de régler ce probleme plutot que celui des subventions aux agris qui doit nous couter bien moins chères...

» Par SB, le 19.08.2010

+1 avec ourquivol. Mieux vaut sauver l'agriculture que le monde de l'argent...
Plutôt que subventionner, peut-être que la solution est de payer ce que coûte au prix réel (et décent pour les agriculteurs) ce qu'on mange, tout simplement. Tout le monde trouve que le prix réel de la bouffe est hallucinant, mais moi, ce qui m'hallucine, c'est que ce sont les mêmes qui changent d'écran plat géant tous les 2 ans !!! Où est la logique ???
Ca me fait marrer de penser qu'il faudra vraiment une grande pénurie, et donc une augmentation des prix très fortes des produits alimentaires pour qu'on s'appercoive qu'un téléphone GPS, une bagnole désign, ou un écran plat, ça ne se mange pas !!!
La priorité est donc à mon sens de bien évidemment soutenir l'agriculture intelligemment, c'est à dire pas forcément continuer d'encourager ceux qui veulent faire pousser des plantes d'eau comme du maïs au coeur de l'ardèche, département très humide comme tout le monde le sait...

Pardon à Pïerre si j'ai pu le "choquer" en parlant de la Suisse comme ça. Peut-être même que tu es suisse et que tu t'es senti "agressé" ? Je sais, c'est chiant, ça ne correspond pas trop à l'image qu'ils veulent communiquer et qu'ils reflètent, mais les fréquents échanges professionnels que j'ai avec des suisses suisso-suisses (pas Genève...) sont quand même de nature à me faire penser ça. Ca n'engage que moi, mais le côté donneur de leçon du suisse est quand même vraiment flagrant. Je ne citerai pour ça même pas quelques protagonistes skitouriens, tellement tout le monde l'aura reconnu :-)
Pour en revenir au loup, c'est clair que les français ne font pas mieux.

» Par Lemming, le 20.08.2010

L'agriculture en France n'est qu'un lobby, parmi tant d'autres, défendant ses intérêt propre. Sa puissance exagéré ne provient pas de la criticité de l'activité pour l'ensemble de la communauté française mais du système électorale archaïque de la France.

Ok, les banquiers roulent pour les banquiers sans se préoccuper de l'intérêt général. Mais, c'est exactement la même chose pour les "petits" propriétaires terriens que sont les agriculteurs.

» Par SB, le 20.08.2010

@lemming :
On s'éloigne du sujet principal mais bon...
Que veux tu dire par système électoral archaïche de la France ? Le suffrage universel, c'est à dire de faire voter tout le monde, y compris les gueux des campagnes ? Ou bien le fait que le vote d'un rural a le même poids que celui d'un urbain ?
Tu trouves vraiment que le lobby paysan a une puissance si exagérée que ça ? Connais tu seulement la difficulté du métier et le salaire moyen de la profession ? A part quelques grand céréaliers de la Bausse (et encore, ça dépend des années...), force est de constater qu'ils ne roulent pas sur l'or et qu'ils n'ont pas une puissance si exagérée que tu le dis. tu les trouves vraiment puissant ? Ben dis donc, moi, j'ai plutôt l'impression que c'est une partie de la population qui ne la ramène quasiment jamais (à part les grands céréaliers...ceux qui ont le moins de raisons de se plaindre !!!), qui trime pas mal au boulot, y compris les we, sans vacances, mais qui remplit une des fonctions essentielles à l'homme, le nourrir. C'est vraiment réducteur, voire même de l'ingratitude que de penser que le petit propriétaire terrien (la terre n'appartient t-elle d'ailleurs pas à celui qui la cultive ???) qu'est l'agriculteur ne pense qu'à son intérêt personnel et pas général. Il nous nourrissent au passage, ne l'oublie pas. Que fais tu pour eux précisemment dans l'autre sens ? Qui est le plus indispensable à l'autre ?
Un peu de reconnaissance, ça n'a jamais fais de mal à personne, non ?

» Par cmanu, le 21.08.2010

@SB
l'image du paysan toujours au travail pour gagner une misere est une idée fausse que se font beaucoup de français. ca dépend juste de la facon de voir les choses et de savoir ce que l'on rentre dans le revenu agricole.
exemple : 2 types coupent du bois en foret pour ce chauffer l'hiver; un travail l'autre est en congé; pourquoi cette différence? parcequ'un est paysan et que l'autre est ouvrier. pour moi ils sont les deux en congé.
quand les agric comparent leur revenu à celui des salariés, en général ils comparent ce qui leur reste quand ils ont tout payé avec le salaire brut du salarié. ils seront donc toujours perdant. pourquoi comparer leur revenu après remboursement des emprunts pour acheter des terres, donc capitaliser, avec le revenu du salarie avant qu'il ait payé le pret de sa maison, donc capitaliser. ne pas oublier que leur revenu est souvent calculé à partir du benefice forfaitaire par hectare ce qui pour un paysan de montage moyen fait 5000 euros annuel, comment il a fait pour se payer son gros 4x4?. j'ai souvent entendu les eleveurs ovins se plaindre que leur revenu c'etait les primes. maintenant qu'on peut savoir ce qu'il touche de prime je constate que ceux de ma commune touche entre 30 et 50000euros par an. je comprends pourquoi c'est eux qui ont les plus gros 4x4x dans ma commune. un collegue fils de paysan me disait que quand un agric disait n'avoir gagné que 5000 euros dans l'année, il fallait comprendre 5000 euros de plus que l'année précédente. un peu extreme comme opinion.
je rappelle qu'il n'y a aucune loie qui oblige un agric à rester agric ni de loie qui oblige un fils d'agric à reprendre l'exploitation parentale. donc si il en ont marre qu'ils aillent à l'usine.
pour moi, paysan ne doit pas etre pris comme un métier mais comme un mode de vie vu toutes les contraintes que cela impose. c'est eux qui ont choisi. comme pour les salariés il y a des avantages et inconvénients, qu'ils assument leur choix.
il y a quelques années je travaillais comme technicien agricole, dans 9 cas sur 10 les paysans heureux de leur sort étaient ceux qui avaient fait autre chose avant de reprendre une exploitation.

» Par oursquivol, le 21.08.2010

@cmanu : ma cops est véto dans l'aveyron, je peux te dire que tu te met le doit dans l'oeil, ils sont pas tous à plaindre, mais tu peux pas mettre tout le monde dans le mele pagnier. mais j'irais pas plus loin car c'est trop complexe, et parler de tout ça via internet c'est se lancer dans de grande polémique. Mais un paysan qui se suicide, y en a tout les jours et on en parle pas comme à france télécom.... pourtant ça reflète bien le malaise de la profession.


VTT de montagne